La crise a attiré l’attention des consommateurs sur le numérique pour les aider à mieux vivre d’éventuelles nouvelles contraintes liées à la crise sanitaire. Ils privilégient toutefois une consommation éthique et responsable des objets connectés.

La crise du Covid-19 et le confinement ont eu un impact sans précédent sur la société et l’économie. Les comportements des consommateurs et leurs attentes ont évolué. L’adoption du numérique pour pallier les contraintes du confinement s’est accélérée et pas seulement pour permettre le télétravail. D’après le troisième baromètre, Les Français et les Objets connectés, réalisé en septembre dernier par IFOP pour Boulanger, les Français ne considèrent plus les objets connectés pour leur utilité sécuritaire ou pour le gain de temps, mais comme de véritables objets pour l’amélioration de la qualité de vie. L’IoT est plus proche et plus « humain », peut-on lire dans le rapport.

« On observe un glissement d’image des objets connectés de la performance vers le confort, la qualité du temps partagé et le divertissement. L’objet connecté permet de se réapproprier son foyer. Au-delà de l’effet Covid, c’est bien une tendance durable qui semble se mettre en marche. Les Français se recentrent sur leur habitat et anticipent le temps croissant qu’ils vont passer chez eux, que ce soit grâce au déploiement du télétravail, ou encore à la relocalisation des loisirs au sein du foyer », constate Claire Verbrugge, directrice marketing chez Boulanger.

D’après les chiffres, 17 % des Français ont acheté un objet connecté pendant le confinement. Près de la moitié des Français ayant acheté un objet connecté pendant le confinement l’ont fait pour améliorer le confort de leur logement, 36 % pour garder contact avec leurs proches.

Les Français privilégient une consommation éthique et responsable

En comparant les résultats à l’étude de 2019, le nombre de personnes qui déclarent avoir acheté un objet connecté pour rester en contact avec leurs proches bondit de 6 points. De la même manière, occuper son quotidien grâce aux objets connectés devient une motivation prioritaire pour 44 % des Français. Ce sont les équipements de divertissement (son et image) qui sont plébiscités. En effet, si les montres connectées (22 %) monopolisent toujours la première place des ventes, les chiffres indiquent que la crise a porté les Smart TV à un niveau quasiment similaire (21 %). Quant aux amplificateurs de son et diverses enceintes, ils grimpent à 14 %, juste derrière les assistants vocaux (15 %).

On notera également la progression des préoccupations environnementales, car chaque année le nombre de Français prêts à faire le choix du reconditionné pour s’équiper s’accroit. Il grimpe cette année à 50 % (+ 2 points par rapport à 2019). Une hausse encore plus notable chez les 18-24 ans qui sont 64 % (+ 4 points par rapport à 2019) à se préoccuper de l’impact de leur consommation sur l’environnement. Avec ce type d’achats, le consommateur français est conscient de faire d’une pierre deux coups : c’est un moyen pour toutes les catégories de Français, des plus modestes aux plus aisés, de maîtriser leur budget (49 %) et de préserver les ressources naturelles (35 %).

publicité