Avec la modification de l’organisation du travail en mobilité, puis l’irruption du télétravail durant le confinement, neuf entreprises sur dix ont revu leur stratégie de connectivité à distance. Ce qui fait grimper en flèche l’adoption du modèle SASE.

Selon une étude mondiale commanditée par Versa Networks, le confinement imposé par la pandémie a fait grimper en flèche l’adoption du SASE (Secure Access Service Edge) par les entreprises. Cette situation représente une bonne conjonction pour le SASE, considéré désormais comme un outil essentiel pour toute stratégie de cybersécurité. Destiné à pallier l’inefficacité des politiques de sécurité conventionnelles, il apparait comme le moyen le plus sûr de connecter en toute sécurité des machines et des utilisateurs à des applications et des services à n’importe quel emplacement. 

Menée par Sapio Research auprès de 500 décideurs en sécurité et en informatique travaillant au sein de grandes et moyennes entreprises aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France et en Allemagne, l’étude révèle que 84 % des entreprises ont accéléré leur transformation numérique et leur migration vers le cloud durant la pandémie. Près de la moitié (44 %) pense en outre que ses employés poursuivront le télétravail, à temps plein ou partiel, après la levée des restrictions liées à la pandémie.

Une technologie mal comprise

D’après l’étude, les entreprises se tournent vers le modèle SASE, 34 % des répondants disent avoir déployé la technologie SASE l’année dernière, et 30 % prévoient de le faire au cours des six à douze prochains mois. Près de 9 entreprises sur 10 (soit 87 %) déclarent avoir revu leur stratégie de connectivité à distance depuis un an. Parmi les méthodes de connexion privilégiées, le SASE devance les VPN, 34 % des entreprises ayant déployé la technologie SASE, et 23 % des VPN.

Cependant, malgré cette adoption rapide de la technologie SASE, la majorité (69 %) des professionnels de l’informatique et de la sécurité ne savent toujours pas ce qu’elle signifie vraiment. À peine 31 % des personnes interrogées ont reconnu la bonne définition, à savoir « la convergence des services de réseau et de sécurité (CASB, FWaaS, Zero Trust, etc.) en un seul modèle de services cloud natifs ». Malgré cette confusion, le principal motif d’adoption du SASE est clair : améliorer la sécurité des appareils et des applications utilisés par les télétravailleurs, selon 43 % des personnes interrogées. Arrive ensuite la volonté de donner la priorité aux performances et à la fourniture d’applications stratégiques dans le cloud (31 %) et la nécessité de prendre en charge davantage de télétravailleurs (31 %).

publicité