Dans un précédent rapport, Forrester avait précisé, le marché mondial de l’IT a généré 2,26 milliards de dollars en 2019, soit 64 % des dépenses totales des clients. Mais la pandémie aura un impact fort sur les économies et donc sur ce marché. Différents scénarii sont en cours de réflexion.

Des faillites d’entreprises qui devraient bondir de 25 % en 2020, selon Coface. Le produit intérieur brut (PIB) français a chuté d'environ 6 % au premier trimestre 2020. Des millions de chômeurs aux États-Unis…

De très nombreux indicateurs sont passés dans le rouge et n’incitent pas à l’optimisme. C’est dans ce contexte que le Forrester étudie l’évolution du marché avec différents scenarii :

Scénario A : quelques faillites et des fusions/acquisitions forcées

Dans le meilleur des cas, la croissance du marché technologique américain et mondial ralentira pour atteindre environ 2 à 4 % (dans le meilleur des cas) en 2020. Cela suppose que les États-Unis et d'autres grandes économies aient connu une baisse d’activités au cours du premier semestre de 2020, mais qu’elles parviennent à se redresser au cours du second semestre.

L'externalisation des technologies, les services gérés et les services de télécommunications résisteront mieux, même si la révision des contrats pourrait entraîner une baisse des dépenses.

Cela représente une baisse globale de 47 milliards de dollars de dépenses en technologie par la filière. Elle pourrait entraîner une faible augmentation des faillites dans l’IT et des fusions et acquisitions.

Scénarios B et C : un quart de l’IT impacté, le cloud et les télécommunications s’en sortent

À l'heure actuelle, Forrester pense qu'il y a 50 % de probabilité que les marchés technologiques américains et mondiaux déclinent de 2 % ou plus en 2020 si une véritable récession s'amorce.

Cela pourrait avoir de graves répercussions sur plus de 25 % des revendeurs, des fournisseurs de logiciels indépendants et des fournisseurs de services gérés dans le monde.

En 2008, ce cabinet d’analystes avait constaté une contraction importante des secteurs IT et télécoms. Les mêmes conséquences pourraient se produire avec cette pandémie.

Les seules notes positives seraient la croissance continue de la demande de services d'infrastructure dans le cloud et l'augmentation potentielle des dépenses en logiciels spécialisés, en équipements de communication et en services de télécommunications pour le travail et l'éducation à distance.

Il suffit en effet de voir l’augmentation du nombre d’utilisateurs de Teams, Slack, Cisco Webex…

Scénario D : le pire des scénarii

La pandémie pourrait tuer des dizaines de millions de personnes dans le monde et impacter nos usages professionnels et personnels durant quelques années. Ce scénario n’est pas exclu aux États-Unis par les Centers for Disease Control and Prevention.

Pour Forrester, cette hypothèse est encore impossible à quantifier, mais elle entraînerait un changement générationnel dans la manière de mener les affaires.

Mais le cabinet d’analystes est sûr sur certains points :

  • Les ventes d'ordinateurs portables, de VPN, les abonnements dans le cloud, les UCaaS et les services d'assistance vont augmenter ;
  • De nombreuses entreprises de services informatiques de base seront touchées par l'arrêt du travail sur site ;
  • La pandémie de coronavirus a « créé » des millions de nouveaux travailleurs, y compris des collaborateurs de partenaires de distribution, des clients et des fournisseurs. Les applications et les plateformes dans le cloud dont ils ont besoin pour être hyperproductifs et toujours connectés seront mises à rude l'épreuve ;
  • La recherche de profils « rares » (en particulier dans les technologies émergentes) devrait s’intensifier. Lorsque le marché se redressera, ces personnes chercheront peut-être des possibilités d'emploi plus sûres auprès d'organisations plus importantes offrant des avantages plus complets et une stabilité financière.

Source : Forrester

publicité