En France, 71% des employés indiquent avoir déjà signalé, ou le feraient le cas échéant, des pratiques informatiques illégales ou contraires à l'éthique constatées sur leur lieu de travail.

Les comportements illégaux et contraires à l’éthique sont répandus dans les PME européennes. Selon une étude BSA | The Software Alliance – une association mondiale créée par les grands éditeurs pour constater et poursuivre les pratiques illégales sur le logiciel (copie, téléchargement, déploiement hors licence, etc.) -, 15 % des employés des petites et moyennes entreprises (PME) en Europe ont connaissance de pratiques informatiques illégales ou contraires à l’éthique se produisant actuellement sur leur lieu de travail.

Par ces pratiques informatiques illégales, 25 % des répondants français entendent l’utilisation illégale de logiciels, de logiciels piratés ou non payés, ou encore le téléchargement depuis des sites suspects. De plus, 18 % de ces mêmes employés suspectent leur entreprise d’utiliser des logiciels non conformes, sans avoir acquitté les licences.

Pourquoi signaler un comportement illégal ?

Près de trois quarts (71%) des travailleurs français interrogés déclarent avoir déjà signalé, ou le feraient si le cas se présentait, des pratiques illégales ou contraires à l'éthique constatées sur leur lieu de travail.

Les scénarios ayant ou pouvant le plus les inciter à signaler un comportement informatique illégal au travail sont :

  • 58 % - la discrimination et le harcèlement ;
  • 50 % - le détournement de fonds ;
  • 46 % - le vol de la propriété de l'entreprise ;
  • 43 % - la fraude.

Les mentalités évoluent, lorsqu’on leur demande ce qui les avait encouragé par le passé à révéler ces illégalités, les employés français répondent :

  • 38 % - la conscience professionnelle ;
  • 32 % - l’obligation morale ;
  • 10 % - une récompense financière.

En faveur de la dénonciation

Selon BSA, ce résultat sous-entend que sur le continent européen, il existe un courant de pensée favorable à la dénonciation de tels faits. De là à solliciter le comportement des salariés et les inviter à dénoncer ces pratiques, il n’y a qu’un pas que la BSA encourage à franchir.

Un signalement de pratiques illégales ou contraires à l’éthique servirait ainsi de signal d'alarme auprès des dirigeants des petites entreprises afin qu’ils fassent de leurs entreprises des lieux de travail exempts de comportements illégaux et contraires à l'éthique, tels que la BSA les y encourage.

Mieux, la BSA propose une récompense aux employés qui signalent l’utilisation par leur entreprise de logiciels non conformes. En règle générale, ceci conduit à un règlement du litige avec l’entreprise sur le plan juridique. Ainsi le nombre de rapports est passé d’environ 3.900 en 2015 à plus de 4.500 reçus à date en 2017. Pour les PME prises en défaut, cela s’est traduit par environ 7 millions d’euros de frais juridiques et de recouvrement...

Source : enquête BSA | The Software Alliance EMEA menée par l’agence Opinium, en 2017, qui a interrogé 12.030 employés de bureau de PME installées en Italie, en France, en Espagne, en Allemagne, en Pologne et au Royaume Uni.

Image d’entête 625396234 @ iStock blocberry

publicité