Comme le montre la dernière édition du Global Interconnection Index(GXI Vol. 5) d’Equinix, la pandémie a accéléré les projets. Le déploiement d’infrastructure numérique sur plusieurs régions et l’intégration de plusieurs clouds ont été réalisés en seulement 6 mois alors qu’auparavant ils auraient pris 2 ans.

Ce phénomène devrait continuer d’alimenter la croissance rapide de la bande passante d’interconnexion. En effet, selon le GXI Vol. 5, la connectivité privée dédiée au transfert de données entre organisations à Paris pourrait dépasser les 614 térabits par seconde (Tb/s), soit un taux de croissance annuelle composée (TCAC) de 47 %.

Paris est le centre métropolitain qui connaît la croissance la plus rapide et un important écosystème pour les secteurs du transport, de l’énergie et des services publics.

Cette tendance reflète la hausse de la demande d’infrastructures numériques, indispensables pour soutenir les activités en ligne des entreprises, faciliter leur intégration avec leurs partenaires et supply chain et être plus accessibles au sein d’environnements professionnels hybrides et distribués. Le modèle d’exploitation hyperconnectée devient la norme.

Quels sont les autres enseignements du GXI Vol. 5 ? On apprend que près de 30 % des infrastructures déployées par les entreprises dans des sites neutres ont été migrées vers la périphérie de réseau, à proximité des lieux où elles utilisent leurs données.

50 % de la bande passante d’interconnexion pour les services financiers

Les fournisseurs de services déploient eux aussi leur infrastructure en périphérie de réseau (deux fois plus vite que pour leur infrastructure centrale), ce qui leur permet de satisfaire la demande croissante de la part des entreprises.

Le GXI Vol. 5 constate également que les leaders des technologies numériques interconnectent leurs infrastructures avec 10 fois plus de partenaires. Ils peuvent ainsi surfer sur la vague de la transformation numérique, et profiter d’offres de premier plan en provenance d’un large catalogue de fournisseurs et de services.

Cette tendance s’observe dans 12 secteurs d’activité et 3 régions, aussi bien pour les entreprises traditionnelles que celles nées à l’ère du cloud, les fournisseurs de services, et même les fournisseurs hyperscale qui ne connaissent pas la crise.

Parmi les différents secteurs d’activité, celui des services financiers devrait à lui seul déployer plus de 50 % de la bande passante d’interconnexion entre entreprises, suivi par l’industrie.

De leur côté, les infrastructures numériques des secteurs public, de la santé et des sciences de la vie, des services industriels et des transports devraient connaître les plus fortes croissances, et entraîner une hausse d’au moins 48 % (TCAC) de la bande passante d’interconnexion mondiale entre 2020 et 2024. Sous l’effet de la pandémie, ces industries jadis à la traîne sont désormais les chefs de file de la croissance de l’interconnexion.

Dominer la concurrence en matière d’innovation

« La pandémie a poussé les entreprises à trouver de nouveaux relais d’expansion. En créant des organisations plus agiles et interconnectées à l'ensemble de leurs écosystèmes numériques, les dirigeants ont mis la transformation numérique au cœur de leur stratégie », constate Régis Castagné, Directeur Général, Equinix France.

De son côté, Courtney Munroe, vice-présidente chargée de la recherche sur les infrastructures de télécommunication mondiales chez IDC explique que« les entreprises ayant mis en place une stratégie numérique complète (en se connectant à, et en tirant parti de plateformes avec leurs partenaires, écosystèmes et clients) se démarquent systématiquement comme des acteurs révolutionnaires et des leaders sur leurs marchés. L’adoption de plateformes et services numériques est essentielle pour atteindre les niveaux d’agilité et de résilience nécessaires afin de distancer et dominer la concurrence en matière d’innovation. »

publicité