Selon une enquête récente de O'Reilly, l'adoption du cloud est en constante augmentation dans tous les secteurs. 90 % des organisations utilisant le cloud computing.

Malgré la crise,le cloud attire toujours autant. L’an passé, O’Reilly indiquait que 88 % des professionnels ayant répondu à son enquête utilisaient le cloud. Malgré la pandémie, l'adoption du cloud computing ne ralentit pas, car il s'agit d'une solution évidente.

L'enquête de cette année a révélé que dans chaque secteur, au moins 75 % des ; 2 834 personnes interrogées travaillaient pour des organisations utilisant le cloud, les secteurs les plus proactifs étant le retail et le commerce électronique, la finance et la banque, et les logiciels.

Cloud first

Non seulement l'adoption du cloud augmente, mais les répondants abordent la migration vers le cloud de manière agressive. L'enquête a révélé que près de la moitié (48 %) des répondants prévoient de migrer 50 % ou plus de leurs applications vers le cloud au cours de l'année à venir, tandis que 20 % prévoient de migrer toutes leurs applications.

Interrogées sur la stratégie de leur organisation en matière de cloud computing, près de la moitié des personnes interrogées (47 %) ont répondu « cloud first », ce qui signifie que, dans la mesure du possible, les nouvelles initiatives considèrent le cloud comme la première option.

Parmi les personnes interrogées qui utilisent le cloud, l'initiative la plus importante est la gestion des coûts (30 %). La conformité est une préoccupation relativement mineure (10 %), et ce n'est pas la préoccupation la plus importante, même dans les secteurs fortement réglementés tels que la finance et la banque (15 %), le gouvernement (19 %) et les soins de santé (19 %).

Les exigences réglementaires

Des inquiétudes légitimes se posent cependant quant à l’intégration non contrôlée du cloud… 83 % des entreprises américaines ne parviennent toujours pas à chiffrer la moitié des données sensibles qu'elles stockent dans le cloud selon une étude Thales…

L'enquête a également demandé pourquoi les organisations n'utilisent pas le cloud computing. Parmi les personnes interrogées qui ne l'utilisent pas actuellement, 21 % ont déclaré que les exigences réglementaires les obligent à conserver les données sur site, 19 % ont déclaré que le coût est le facteur le plus important, et 19 % sont préoccupés par le risque de migration.

publicité