Avec les changements apportés par les technologies numériques, chefs d’entreprise, DSI et métiers doivent penser différemment à la stratégie d’innovation de leur entreprise.

Le numérique élargit les horizons du possible, qu’il s’agisse de la conception et la production de nouveaux produits, services ou modèles économiques, ou encore des processus internes. C’est pourquoi il faut repenser voire réorganiser les stratégies d’innovation afin d’en accélérer le rythme et les enjeux.

Les 5 questions qui suivent participent à cette démarche :

1Quel est le champ des possibles ?

Développer, simuler, prototyper, tester quasi tout, plus rapidement qu’avant, et à moindre coût, le rythme de l’innovation s’accélère. La concurrence aussi. Et beaucoup de projets disrupteurs démarrent par des bêta tests. Pour tenir le rythme, l’entreprise doit élargir le champ de l’innovation, explorer et maîtriser de nouveaux domaines, investir dans le logiciel, le cloud, l’IoT. Et avec l’Intelligence Artificielle qui entre dans le courant dominant, les enjeux ne cessent de grimper.

Pour les innovateurs, cela se traduit par un élargissement des gammes concurrentielles que leur apporte le numérique pour apporter de nouvelles capacités face aux marchés plus traditionnels. Ce qui se traduit également de manière moins spéculative par une stratégie pour contrer les innovations d’une concurrence qui se déploie aujourd’hui hors des sentiers traditionnels, en innovant également dans le numérique.

2Comment utiliser les données et les applications ?

Les données (y compris les données mobiles) et les logiciels sont essentiels à l'identification et à la fourniture de nombreuses innovations numériques. Ils permettent la génération et l’exploration d’idées en associant l’intelligence humaine et la créativité, l’analyse du réseau et le Big Data, le machine learning et le traitement en langage naturel. Ce qui invite à explorer les tendances - en matière de brevets, de capital-risque, de littérature scientifique et de données sur les clients – afin de développer de nouvelles propositions de valeur, de nouvelles capacités sur les produits, et de personnaliser les offres. Soulignons la richesse des données qui s’enrichissent des équipements mobiles.

Données et applications ajoutent de la valeur aux produites physiques, en étant cependant conscient que le cycle de développement de l’application est beaucoup plus rapide que l’innovation matérielle, ce qui crée un nouveau défi. La vitesse a toujours été un avantage pour les projets numériques, en particulier en ligne, participant à la popularité des canaux numériques. Il devient nécessaire de raccourcir les cycles de R&D afin d’accélérer l’innovation.

3Comment accéder aux capacités dont vous avez besoin ?

Les compétences techniques sont un besoin évident, mais elles sont à la fois spécifiques à la technologie et insuffisantes. Chaque entreprise qui cherche à tirer parti de l'analyse des données, sans parler de l'intelligence artificielle, a besoin de scientifiques de la donnée. Cependant, ces dernier ne sont pas des experts dans les mobiles ou l'engagement mobile. Ce ne sont pas non plus des ingénieurs logiciels. En outre, la connaissance de l'industrie est essentielle : les entreprises de biens de consommation ont besoin de personnes ayant une expérience du commerce électronique, et les fabricants industriels ont besoin de personnes ayant une expertise dans l'industrie 4.0 et l'IoT...

Pour compliquer davantage les choses, il est nécessaire de former des talents techniques dans ce qui fait le succès de l'entreprise et des talents des entreprises dans ce que la technologie et les techniciens peuvent les aider à atteindre. Et puis, il y a la question de la numérisation du legacy, de l'héritage informatique, et de la chaîne d'approvisionnement afin qu'ils puissent prendre en charge les processus numériques à des vitesses numériques.

Dernier constat, les organisations, même les plus grandes, constatent qu’elles ne peuvent par tout faire seules, elles ont besoin de partenaires et d’alliances pour répondre aux problématiques des systèmes d’innovation, de compétences, de financement, de propriété intellectuelle, d’environnement réglementaire, d’accès à certaines technologies, de fournisseurs, etc. Voilà pourquoi les co-entreprises numériques se créent à un rythme élevé...

4Quels sont les risques à ne pas aller assez vite ?

Le plus grand risque, c’est évidemment de perdre son marché ! Plus concrètement, plus proche du quotidien de l’entreprise, c’est d’éviter d’être laissé de côté par la concurrence qui a investi plus tôt et plus lourdement dans l’innovation numérique. Les innovateurs ‘forts’ accordent beaucoup plus d'importance que les ‘faibles’ aux données et au Big Data, à la vitesse d'adoption de la technologie, aux produits mobiles, à la conception numérique et aux plateformes technologiques en général. La propriété intellectuelle peut également se révéler être un obstacle potentiel majeur, en particulier sur les brevets IoT et le modèle économique de leurs licences.

5Que font les dirigeants ?

Comment aborder l’innovation et l’allocation des ressources pour atteindre le succès ? Les leaders ouvrent la voie en reconnaissant l’importance du numérique et en investissant en conséquence, en adoptant des approches et des technologies numériques avancées comme l’IA ou la blockchain. Et ils accélèrent, ce qui rend toujours plus difficile pour les retardataires de combler leur retard.

Source : rapport BCG « The Most Innovative Companies 2018: Innovators Go All In On Digital »

Image d’entête 468928061 @ iStock VLADAGRIN

AUCUN COMMENTAIRE