Quelle est la vision des entreprises et des cadres dirigeants sur le modèle entrepreneurial ? Le travail de demain deviendra-t-il essentiellement non salarié ? Serons-nous tous entrepreneurs ?

La proportion de travailleurs non-salariés ne cesse de croître, elle représente actuellement 10 % des actifs français. Et près de 12 millions de Français membres de la population active envisagent d'entreprendre un jour. Le phénomène est révélateur d'une profonde aspiration à l'autonomie des actifs.

Source : Enquête « Demain tous entrepreneurs ? » de Arthur Hunt Transition, réalisée en mai 2018 auprès de 347 entreprises et managers de transition

1. Convergence d'intérêts pour le modèle entrepreneurial

  • 97 % des entreprises et des managers de transition interrogés pensent que la tendance à l'accroissement du mode entrepreneurial répond au besoin d'agilité des entreprises et d'autonomie des cadres dirigeants.

Du coté des cadres - 62 % des cadres/cadres dirigeants ayant opté pour la voie de l'indépendance l'ont fait volontairement et non de façon contrainte. Et 64 % des managers de transition pensent que cela permettra à chacun de mieux maîtriser son évolution professionnelle.

Les raisons principales du choix d'indépendance sont :

  • 42 % - Autonomie d'organisation de gestion de temps
  • 41 % - Difficulté de trouver un CDI
  • 41 % - Indépendance dans la prise de décision
  • 39 % - Volonté délibéré de travailler en tant qu'indépendant
  • 33 % - Adaptation à la volonté de l'entreprise

Du coté des entreprises - Les entreprises voient dans le modèle entrepreneurial un outil pour répondre à certains de leurs besoins :

  • 97 % - L'agilité
  • 75 % - L'urgence d'une situation
  • 70 % - L'absence de ressources internes
  • 66 % - Le manque de compétences
  • 35 % - L'impact sur la masse salariale
  • 22 % - Les contraintes budgétaires
  •   6 % - Les nouveaux modes d'organisation du travail

2. Management des talents externes

Chief Freelance Officer ou Directeur des Ressources Humaines ? La question fait débat… L'enquête révèle l'émergence d'un nouveau métier : le Chief Freelance Officer. Celui-ci allie sa compréhension des différents statuts d'indépendants à sa maîtrise des leviers émotionnels et fonctionnels pour attirer les meilleurs talents externes.

  • 56 % pensent que la fonction de Chief Freelance Officer permettrait de répondre efficacement à la gestion des ressources de l'entreprise.
  • 45 % pensent que si cette fonction est amenée à se généraliser, ce sera essentiellement dans les grandes entreprises

3. Le contrat unique

Un seul futur cadre contractuel pour les entrepreneurs ? L'opinion est encore partagée. Le contrat unique pourrait-il être la norme de demain pour les cadres et cadres dirigeants ? L'opinion est clairement partagée : 50 % oui 50 % non.

Deux explications à cela : les entreprises disposent déjà de plusieurs solutions pour travailler avec les indépendants et elles pourront toujours y avoir recours à l'avenir (conseil, management de transition, freelance, portage salarial, etc.) ; les cadres/cadres dirigeants n'ont pas attendu le législateur pour opter pour l'entrepreneuriat et utilisent avec connaissance les solutions existantes.

4. Une place affirmée pour le management de transition

74 % des personnes interrogées estiment que le management de transition aura une place accrue. Le marché du management de transition est en constante évolution (environ 2.000 missions par an selon la Fédération nationale du management de transition). Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à faire appel à des managers de transition. Cette solution apparaît comme efficiente et efficace pour répondre à des situations d'urgence dans un contexte de plus en plus concurrentiel.

AUCUN COMMENTAIRE