Les organisateurs du Gala des DSI ont donné la parole à leurs partenaires Gold dans une table ronde sur « La vision de l'industrie ». Le discours de Microsoft, Niji, Samsung, Orange Business Services, accompagnés de Robert Eusebe, le DSI de Arte et co-président de l'Agora des DSI, a sans surprise principalement porté sur l'évolution des usages vers la mobilité.

Les usages

Comme l'a évoqué Jaques Attali lors de son intervention sur la première table ronde (lire notre article « Gala des DSI : Jacques Attali en pleine forme mais à la limite du pessimisme »), le marché serait guidé par le phénomène de la confusion entre le personnele t le professionnel. « Nous constatons un changement de oaradigme avec les usages qui s'inventent dans la rue. L'entreprise n'a plus qu'à courir après la rue afin de se réapproprier le SOLOMO (social/local/mobile) dans l'espace du système d'information. Elle doit passer du DSI au DSCI. »

La sécurité

Sur la sécurité, si tout le monde s'entend à affirmer que la DSI doit mettre en place gouvernance et sécurité, le constat est que « La sécurité ne peut évoluer au rythme du numérique, c'est un combat perdu. Il faut se placer dans une logique d'accompagnement, pas d'opposition. C'est un domaine de la DSI, en partenariat avec les métiers ». Nous avons même eu la surprise d'entendre « On met la Loi Informatique et Liberté au placard ! », ce qui a eu pour effet de soulever opprobre de l'auditoire.

Big Data et talents

« Que faire avec toutes ces données ? », s'est-on interrogé. « Comment passer d'un monde fermé à un monde ouvert ? Il faut accepter la présence d'espaces personnels où l'employé fait ce qu'il veut. Les outils sont là, il faut définir les règles. Car le droit du travail n'évolue pas au rythme des technologies. A nous d'offrir de la flexibilité afin que chacun puisse avoir le style de vie qui lui convient. La guerre des talents est le challenge le important dans les entreprises. »

Projets DSI

Les représentants de l'industrie ont évidemment insisté sur l'impact en terme d'efficacité d'un ROI rapide, qui apporte une image positive dans la relation avec le client. « Mais pas trop souvent dans les métiers, auxquels la DSI doit raccrocher ses wagons ». Et de conseiller : « La DSI a intérêt à se décharger de l'infrastructure. Et son rôle doit porter sur la transformation. Ls champs du possible s'ouvrent régulièrement. Et travaillez sur la dimension éthique. »

A la condition de faire confiance à vos fournisseurs... pourrait être le message sous-jacent de la table ronde.

AUCUN COMMENTAIRE