Le Gala des DSI 2015 a rencontré une nouvelle fois un franc succès - au delà des attentes avec 296 invités, dont 209 DSI - confirmant l'évolution de la fonction, mais également ses interrogations, qui rendent les démarches collaboratives particulièrement adaptées aux attentes des DSI.

C'est dans le cadre prestigieux du Grand Hôtel Opéra que s'est déroulé le troisième Gala des DSI. Lieu d'échanges dédiés aux DSI, pour un évènement qui se veut également festif, le Gala des DSI a une nouvelle fois tenu ses promesses.

Au contact des DSI présents, et à l'écoute de leurs échanges, nous ressentons très fortement que la fonction évolue, et que tous sont à la recherche de retours d'expériences. C'est une démarche, vous le savez, à laquelle IT Social - média collaboratif reposant sur l'intelligence collective – est particulièrement sensible.

« Le Gala des DSI 2015 nous a à nouveau ravis, par sa convivialité et son efficacité ! Tout y est, tous y sont, par nous et pour nous les DSI, ce très beau rendez-vous annuel tient ses promesses et poursuit sa croissance sans faille ! », nous a déclaré Fabrice Benaut, DSI, CIL, Big Data 360 Digital Tranformation, expert Innovation et Startup, et qui accessoirement, en tant qu'ancien membre du comité d'organisation de l'Agora, a participé activemment à l'organisation du Gala.

« Un lieu historique prestigieux et central, un accueil chaleureux en musique où le Swing annonce déjà la couleur de cette belle soirée, des invités de renom et métiers, partageant de riches contenus, de jolies tables rondes autour desquelles circulent et tournoient des échanges qui s'enrichissent voire s'égarent en fous rires....tout y est ! À l'année prochaine pour relever le challenge, car faire toujours mieux en devient un bien réel ! »

S'ouvrir et partager avec les métiers

Le DSI cherche à se débarrasser de sa vieille image purement technologique. Cela fait bien longtemps qu'il n'a plus à mettre les mains dans le cambouis, au profit d'une double mission de gestionnaire de la donnée et d'innovateur. « Nous devons élargir le champ des possibles, nous a affirmé Robert Eusèbe, DSI d'Arte France. L'IT envahit tous les processus, jusqu'à la dématérialisation, ce qui permet au DSI d'engager une relation nouvelle. »

Cette relation, elle porte bien évidemment sur les métiers. Mais elle n'est pas simple… Luc Ferry, écrivain et philosophe, ancien Ministre de la Jeunesse, de l'Education et de la Recherche, et invité d'honneur du Gala, constate « l'aculturation des métiers et l'incompétence des politiques face à la complexité de l'accélération de la transformation culturelle ». C'est ce que le philosophe nomme « l'innovation destructrice ». Sous entendu très actuel : « la technologie crée du chômage et creuse les inégalités ! »

L'innovation à la rescousse

Les DSI que nous avons rencontrés en sont conscients et y sont sensibles. Même si ce ne sont pas eux qui détiennent les clés de leur organisation. La vague IT est telle, et si diversifiée, qu'elle submerge tout, et qu'il est difficile d'y échapper. Au point qu'un partie des IT échappe à la DSI. Le phénomène du Shadow IT est régulièrement évoqué, et pose un véritable problème au DSI.

Pour se sortir de cette spirale destructrice pour la DSI, cette dernière se doit d'être au coeur de l'innovation au sein de son organisation. Les projets en la matière sont nombreux, à l'exemple de la transformation de l'informatique de l'Etat, évoquée par Jacques Marzin, Administrateur général des finances publiques et DSI de l’État. Il a favorisé la création de 'start-up de l’État', qui dotées de budgets de quelques centaines de milliers d'euros et de quelques mois, ont en charge de créer la rupture en introduisant l'innovation jusqu'au sein des administrations. Jacques Marzin surprendra l'auditoire en affirmant « Je ne crois pas trop au Big Data en interne. Je crois beaucoup plus en l'Open Data ». Mais également qu'il souhaite s'ouvrir à la co-création.

Luc Ferry fustige l'Amérique

Pour mettre fin à l'innovation destructrice, le philosophe ne voit qu'un seul sujet : comment relancer l'innovation ? A plusieurs occasions il va fustiger l'Amérique, qui attire les talents mais retient les technologies. « Ne laissons pas le progrès aux Américains ! Pour relancer l'innovation, je ne veux pas que l'on soit le champion de la régulation, et surtout pas les derniers de la classe de l'innovation. Nous devons nous attaquer aux freins de l'innovation ».

On regrettera que la courte durée de la table ronde d'introduction n'ait pas permis à Luc Ferry d'exprimer plus longuement son point de vue. Vous pourrez cependant le retrouver dans une interview vidéo que nous avons pu réaliser sur place. Quant à Jacques Marzin, il aurait certainement mérité de bénéficier d'une tribune qui lui soit consacrée…

Une table ronde fournisseurs dispensable

Le diner du Gala s'est terminé - en attendant le dessert ! - par une table ronde « Vision de l'industrie sur le numérique au service de la stratégie de nos entreprises » consacrée aux partenaires Gold de la manifestation, à savoir Econocom, Microsoft, Orange Business Services, PredicSis et Samsung. D'une part, l'apport des fournisseurs est indispensable à l'équipement et à la réalisation des projets des DSI. D'autre part, les sponsors sont indispensables pour financer les travaux de l'Agora des DSI et son Gala.

En revanche, et même s'il s'est dit lors de cette table ronde des choses intéressantes, elle a montré les limites d'une information à sens unique, qui part du consultant, de l'éditeur, du fabricant, pour aller vers le DSI... parfois sans montrer l'intérêt que l'on doit lui porter ! Ce dernier, rapidement dissipé, en est venu à compter le nombre de citations de la marque dans le discours des représentants des fournisseurs lors des interventions… Quand les responsables d'entreprises fournisseurs de IT comprendront-ils que, dans le cadre d'un évènement comme le Gala, c'est la qualité et la compétence de leur discours qui séduiront le nouveau DSI, moins technicien et plus manager, que le rabachage commercial et marketing ?

Un léger bémol, donc, qui ne retirera rien à la qualité du Gala des DSI et à l'engagement de ses sympathiques animateurs. Mais qui en revanche nous confirme la pertinence de notre approche d'intelligence collective, et la liberté de ton et d'échange que nous proposons chez IT Social.

Restez à l'écoute d'IT Social, nous diffuserons prochainement les interviews vidéo de DSI et de Luc Ferry que nous avons réalisées sur place.

AUCUN COMMENTAIRE