C'est l'un des effets de la transformation digitale, la gestion de la donnée est devenue stratégique pour les organisations. D'où, selon le Gartner, la création de postes de directeurs de l'information (CDO), et de l'innovation digitale.

25 % des organisations auront un Directeur de l'information (CDO - Chief Data Officer) en 2017, prédit le Gartner. Une proportion qui devrait atteindre les 50 % dans les industries régulées, comme la banque et l'assurance.

Alors que de plus en plus de métiers se ruent sur la donnée pour en tirer de la valeur, en particulier le marketing, celle-ci est aujourd'hui reconnue vitale pour le business. Mais la gestion de la donnée reste l'apanage de certains métiers qui l'optimisent, et qui souvent la rendent inutilisable aux autres métiers !

De la gestion de la donnée à l'innovation digitale

La contre-partie de ce mouvement de fond, c'est évidemment le besoin de briser les silos et d'utiliser un langage commun. Avec la nécessité d'assurer la compliance via la sécurité et les régulations, afin de protéger l'information désormais considérée comme un actif. Un rôle jusqu'à présent dévolu au DSI, mais qui évolue vers une nouvelle fonction, le CDO (Chief Data Officer) .

L’État français, par exemple, s'est doté d'un Administrateur général des données, en la personne de Henri Verdier, directeur d'Etalab, l'établissement chargé de la stratégie d'ouverture des données publiques de l'Etat.

Profil de CDO

Le mouvement est en marche. Selon les analystes du Gartner, 20 % des CEO (PDG) des grandes organisations se sont engagés dans la voie du CDO, jusqu'à leur confier la tête de l'innovation digitale.

Le poste prend place au même niveau organisationnel que les finances ou la DSI. « Le CDO est l'équivalent d'un DSI, mais il pratique une discipline différente. Le CDO devient également un avocat de l'information, pas seulement un administrateur. De plus en plus, une gouvernance de l'information réussie passe par la préconisation de l'utilisation de l'information comme une source de valeur, et non pas seulement son contrôle et sa surveillance. »

Et de décrire les compétences recherchées pour le poste : « Un CDO a besoin, entre autres choses, d'une expérience qui inclut le légal et la compliance, ou des responsabilités de gestion des risques, une compréhension de 'la donnée comme un actif', une solide expérience dans l'industrie où il travaille, et une connaissance des outils et techniques de gestion de la donnée. »

Il y a urgence...

Selon les analystes du Gartner, la faible qualité de la donnée aurait un coût moyen annuel pour les grandes organisations de 13,5 millions de dollars, et entrainerait des problématiques de gouvernance. Pour mettre fin à la gabegie, il faut gérer la donnée comme un actif, avec une approche transverse. Et bien entendu recruter un CDO.

AUCUN COMMENTAIRE