Que se passe-t-il si le patron n'atteint pas son bureau ? La start-up française Transmitio propose un service original de transmission des codes et accès en cas de défaillance des dirigeants, principalement de TPE/PME avant de s'attaquer à l'entreprise.

L'infographie « La protection et la transmission du capital numérique », que nous avons récemment publiée, a attiré notre attention sur la jeune pousse qui l'a réalisée : Transmitio. Créée en août 2014, cette start-up française propose un service de transmission des codes, clés et accès aux outils et comptes de l'entreprise.

« Que se passe-t-il si le dirigeant n'atteint pas son bureau ? », s'interroge Benjamin Rosoor, PDG et co-fondateur de Transmitio (voir la photo ci-dessous). « C'est une question qui concerne l'ensemble des dirigeants. Ils n'ont pas conscience de la valeur de leurs codes et accès. Ils se reposent sur des bouts de papier, sur le classeur warning, ou alors sur leur femme qui s'en souviendra. C'est le problème de absence de valeur sur les clés, et de la délégation des gens qui détiennent des secrets pour le compte de tiers. »

Où sont les clés et codes de l'entreprise ?

C'est l'exemple si répandu du nom de domaine, de l'hébergement, des codes du CMS, dont c'est la web-agency – qui souvent se place en propriétaire des données - qui détient les identifiants alors que le successeur du dirigeant défaillant souhaite reprendre la main sur le site Web de l'entreprise.

Cette problématique de la détention des clés numériques touche toutes les entreprises. Mais les petites structures y sont plus sensibles. Bien sûr, il y a la solution de confier ces informatons à un tiers, mais c'est loin d'être possible ou souhaité par toutes les entreprises.

Retour dans la vraie vie…

Il existe un service, partagé par 89 pays (dont la Chine), l'enregistrement au fichier des Notaires. Cela est peu connu, mais le système notarié s'avère rapide lorsqu'il s'agit d'assurer l'après d'un évènement qui se conclut par la disparition ou l'incapacité d'un chef d'entreprise. Il faut bien assurer le plus rapidement possible le suivi de l'entreprise, le paiement des salariés, des fournisseurs, le service aux clients... Cependant, les codes, qui devraient faire l'objet d'une actualisation permanente, ne figurent pas dans le testament révélé.

Autre constat, juridique celui-là, en cas de décès, les données personnelles (par exemple les identifiants) n'appartiennent plus à personne. Que deviennent les données personnelles et professionnelles d'un mandataire social après sa mort ? La réponse ne dépend pas de la loi informatique et liberté...

C'est pourquoi Transmitio propose un service Web parallèle au système notarié, espace sécurisé pour déposer les clés, accessible à l'ouverture d'une succession. Son contenu est alors transmis aux personnes destinataires, qui conservent l'option de l'accepter ou non.

 

Marc Bouguié et Benjamin Rosoor, les co-fondateurs de Transmitio

Les entreprises en septembre

Transmitio devrait dès la rentrée de septembre proposer une version de son service aux entreprises. En effet, c'est le DSI, ou plus généralement le responsable informatique, qui à les codes de tout le monde. « Mais qui a le code du DSI ? », s'interroge de nouveau Benjamin Rosoor. S'y ajoutent des processus régulièrement bloquants, comme les accès Facebook, qui entrainent des stratégies d'évitement et des fuites d'informations. Ou encore le collègue malade, ou qui part en vacances avec ses codes et ceu de l'entreprise. L'option généralement choisie est de trouver un tiers dans l'entreprise pour partager les codes. Encore faut-il que ceux-ci soient regroupés, à jour, et accessibles…

Le modèle – un espace sécurisé pour déposer les clés avec des règles d'ouverture d'une succession - pourrait également séduire certaines régions du monde, dont les Etats-Unis, où la fonction de notaire n'existe pas. Les fondateurs de Transmitio sont ambitieux, et ne s'en cachent pas…

AUCUN COMMENTAIRE