Le PDG et le DSI demeurent des partenaires proches, dans un environnement où 9 dirigeants d'entreprise sur 10 estiment que les services informatiques continueront de jouer un rôle important dans un proche avenir. Seul bémol, la relation entre CIO et CMO, entre DSI et markting, qui reste tendue !

Voilà une étude qui tombe à point pour rassurer les DSI. « Modis CEO Survey 2014 », réalisée en juillet et août auprès de 550 dirigeants américains, projette les entreprises interrogées sur 2015, elle confirme que :

  • les dirigeants d'entreprise estiment à 93 % que les services informatiques continueront de jouer un rôle important ;
  • le rôle des DSI est à 98 % en adéquation avec l'apport de valeur attendu dans l'entreprise ;
  • les budgets vont augmenter et seront convenablement investis dans les technologies à 98 %.

Le DSI est à la hauteur des attentes

Pour faire face aux préoccupations de son entreprise – en priorité la sécurité, la mobilité, le big data, le BYOD et le développement du web - le PDG voit dans son DSI son confident et son conseiller. Le DSI est la plupart du temps à la hauteur (51%) voir au dessus (36%) de ses attentes, une notion mesurée sur la base du retour sur investissement (ROI). 7 % d'entre eux seulement n'y croient pas.

C'est pourquoi il n'hésite pas à lui confier les clés de ses projets, c'est à dire à reconnaître le rôle de leader du DSI. Et à réviser les budgets IT à la hausse pour 2015 pour 48 %, tandis qu'ils demeureront stables pour 45 %, et ne s'afficheront à la baisse que pour un marginal 5 %.

Des budgets qui seront en priorité consacrés à l'amélioration des infrastructures - dont cloud et web - afin d'accélérer la commercialisation des produits et services, à la sécurité et la protection des données, et à la mobilité.

Des conflits potentiels... avec le marketing

Pour autant, un bémol vient obscurcir l'étude Modis, en confirmant que des conflits peuvent surgir entre le DSI et ce que les américains appellent les cadres C-suite, c'est à dire les 'chief' (CEO, CFO, CMO, etc.). En particulier avec le CMO (Chief Marketing Officer), la direction marketing.

Ces conflits portent sur la stratégie IT et les investissements afférents. Selon Modis, le marketing s'enflamme pour des solutions que le DSI rejette ! Qu'il risque d'être encore long le chemin qui reste à parcourir pour que ces deux leaders de l'entreprise se rapprochent et parlent d'une même voix...

AUCUN COMMENTAIRE