La demande pour des apps, des applications mobiles, se fait de plus en plus forte, mais la DSI ne dispose pas de suffisamment de compétences pour réaliser les tests en mobilité et multicannal.

Pour développer des apps mobiles, la DSI tout comme les décideurs IT se focalisent sur les tests de sécurité des données, de performance et les fonctionnalités. Cependant, nombre des 1.560 DSI interrogés par Capgemini et HP dans le cadre de leur étude « World Quality Report 2015-16 » attestent qu'ils ne disposent pas en interne des compétences et/ou de l'expertise pour réaliser les tests en mobilité et multicannal (mobile, social et traditionnel).

Pourtant, les budgets consacrés à l'assurance qualité et aux tests ne cessent de progresser. De 23 % de l'ensemble des dépenses IT en 2013, ils sont passés à 35 % cette année, et devraient atteindre 40 % en 2020 !

Un désengagement net

La qualité et les tests des apps ne sont pas une priorité pour les entreprises qui affirment :

  • 38 % - ne pas disposer en interne d'un environnement de tests ;
  • 36 % - ne pas avoir de temps pour tester les apps ;
  • 29 % - ne pas avoir les experts nécessaires pour assurer les tests ;
  • 28 % - ne disposer ni des bons processus ni des bonnes méthodes.

Ajoutons qu'à 55 % les DSI privilégient la sécurité des données sensibles. Un chiffre qui n'a pas évolué depuis 2013, ce qui démontre que cette problématique demeure centrale dans l'esprit des DSI. Suivent la performance, qui avec 54 % des DS a reculé depuis 2013 (53%), et les fonctionnalités des apps qui occupent la troisième place, pour 43 % des DSI.

Notons quels sont les tests de sécurités couramment exécutés par les équipes de la DSI :

  • 57 % - Tests dynamiques
  • 52 % - Revue manuelle du code
  • 52 % - Tests statiques
  • 39 % - Tests de pénétration

Les challenges du développement des apps

Les DSI se heurtent à trois challenges pour le développement des apps :

Challenges technologiques

  • 39 % - Recours à des tests manuels ;
  • 32 % - Complexité du design ;
  • 31 % - Surcharge des développeurs ;
  • 30 % - Décalage des phases de développement ;
  • 24 % - Manque d'accès à des environnement de développement et de test.

Challenges business

  • 39 % - Manque de budget ;
  • 30 % - Réduction des temps de mise sur le marché ;
  • 27 % - Rigidité des rôles et des structures organisationnelles ;
  • 27 % - Difficulté à définir les priorités des initiatives de développement ;
  • 27 % - Peur du changement, dans les processus établis comme dans les structures organisationnelles.

Challenges de développement agile

  • 33 % - Difficulté d'identifier les zones focus du test ;
  • 31 % - Manque d'environnement approprié et de données de test ;
  • 31 % - Manque d'expertise de tests professionnels au sein des équipes agiles.

Image d'entête iStock @ jack191

AUCUN COMMENTAIRE