Le client abonné de Facebook pourra utiliser le moteur de recherche du réseau social sans passer par celui de Google.

L'objectif de Facebook est simple : inciter les utilisateurs à rester dans son écosystème en limitant les occasions de le quitter. Pour le moment, l'internaute consacre environ 28 % de son temps Internet sur Facebook. Le réseau souhaiterait qu'il puisse y passer encore plus de son temps.

Mais pour cela, Facebook rencontre une difficulté majeure : son principal concurrent s'appelle Google, qui le domine largement sur la recherche (search) et les revenus publicitaires. Ajoutons à cela que désormais l'utilisation mobile de Facebook a dépassé celle plus classique du PC connecté, or l'aspect fragmenté des apps mobiles a rendu le passage d'une application à l'autre obligatoire.

Restez sur Facebook...

L'idée sur laquelle repose la réponse de Facebook à ces problématiques s'appuie sur plusieurs stratagèmes destinés à empêcher l'utilisateur de quitter Facebook et à augmenter ses revenus.

- Le premier a déjà été annoncé, Facebook va accueillir des articles payants dans son flux d'actualités et partager ses recettes avec les éditeurs. Un coup de pouce pour séduire les visiteurs pourrait venir d'une rétrocession de 100 % de ces recettes, actuellement le réseau encaisse 30 %.

- Le second est en test aux Etats-Unis sur la version mobile de Facebook : sous iOS (Apple), un bouton 'ajouter un lien' permet d'effectuer une requête par mot-clés qui va lancer un moteur de recherche construit sur la base de 1 trillion (1 millier de milliards) de messages postés et partagés publiquement sur Facebook. Une base de données à laquelle Google n'a pas accès.

Google, le grand perdant ?

Si cela fonctionne, les recherches sur Facebook ne passeront plus par Google. Et le réseau social pourrait jusqu'à doubler l'attention de ses visiteurs. Ce serait une bien mauvaise nouvelle pour Google, car sa part de marché sur les revenus publicitaires est en baisse, certes compensée par l'augmentation des volumes, mais qui fait face à une part de marché de Facebook en augmentation.

Voici donc un exemple concret de construction et de consolidation d'un éco-système qui pourrait inspirer de plus en plus d'acteurs des IT...

AUCUN COMMENTAIRE