WeWork, l’entreprise spécialisée dans le Coworking a perdu près de 1,3 milliard de dollars au troisième trimestre alors qu’elle prévoyait d’entrer en bourse cet automne. Cette situation serait due à la hausse des dépenses de l’entreprise pour développer son activité. En effet, WeWork a fait l’acquisition de près de 150,000 nouveaux bureaux au cours du dernier trimestre contre 53,000 à la même période de l’année dernière. Cette croissance aurait entrainé une légère baisse des occupations tombant à 79% pour la majorité des sites et à 87% pour les espaces de travail ouverts depuis plus de 2 ans. Le rapport concernant les activités de WeWork n’a pas donné de détails sur l’état des flux de trésorerie. Toutefois, le rapport indique que son solde de trésorerie comprenant à la fois des liquidités soumises à restrictions et les restrictions non affectées a diminué d’environ 1 milliard de dollars sur la période en passant de près de 3 milliards de dollars à la fin du mois de juin à 2 milliards de dollars à la fin du mois de septembre.

De nos jours, les sociétés de plus de 500 employés constituent près de 43% des membres de WeWork au troisième trimestre contre 34% il y a un an. De plus, l’entreprise a clôturé le trimestre avec un total de 625 sites dans 33 pays, soit près du double du nombre de sites par rapport à l’année dernière. La plupart des employeurs estiment que les prestations proposées par WeWork représentent une meilleure expérience pour leur employé tout en étant moins chères par rapport aux bureaux traditionnels. WeWork projetait d’entrer en bourse à la mi-août mais le projet ne s’est pas concrétisé après que les investisseurs aient émis un doute contre la gouvernance et la valorisation de la société. Face à la situation, Adam Neumann a démissionné de son poste de directeur général à la fin du mois de septembre. Toutefois, l’entreprise serait actuellement sur le point de se stabiliser suite à des années de croissance en constante évolution. Depuis le mois dernier, la société a décidé de réduire la taille de certaines entreprises en procédant par exemple à des licenciements au niveau du Coding Bootcamp Flatiron School et du Meetup. De plus, WeWork a également décidé de mettre en vente son avion privé.

À lire aussi Masayoshi Son, dirigeant de SoftBank, admet qu’investir dans WeWork était une mauvaise idée, mais reste optimiste

AUCUN COMMENTAIRE