Face aux conséquences économiques à venir de la pandémie de Covid-19, le gouvernement français a déjà mis en place un plan de soutien national pour les entreprises. Ce dernier est doté d’un financement global de 300 milliards d’euros, permettant aux entreprises de pallier le manque de liquidité en obtenant plus facilement un prêt garanti par le gouvernement. La mesure prise par le gouvernement prévoit aussi le remboursement à hauteur de 84 à 100 % des salaires des employés partis en chômage partiel. Cette initiative a été prise pour éviter les licenciements. Malgré ces mesures ambitieuses, les startups figurent parmi les entreprises les plus exposées au risque de faillite. C’est pour cette raison que le gouvernement a pris une nouvelle mesure plus adaptée à ces entreprises. Le ministre français chargé des affaires numériques, Cédric O, a annoncé conjointement avec la banque publique Bpifrance, la mise en place d’un plan de soutien aux startups. Ces entreprises peuvent effectivement rencontrer des problèmes de liquidité à la sortie de la crise sanitaire qui secoue actuellement tous les pays. Le ministre dévoile des mesures de refinancement de 4 milliards d’euros au profit des startups en précisant que ces entreprises soutiennent une large part de la croissance économique française. Selon Cédric O, les startups ont réussi à proposer des services innovants durant la période de confinement, à l’exemple des solutions de télétravail, des livraisons ou de la gestion des rendez-vous médicaux en ligne.

Cédric O a détaillé le plan de soutien offert aux startups. Premièrement, celles qui ont déjà prévu de réaliser un tour de table de financement pourront programmer un autre tour de table relais à travers le PIA, ou Programme d’Investissement d’Avenir, de Bpifrance. Étant donné que certains capital-risqueurs vont se rétracter après la crise sanitaire, tandis que d’autres vont diminuer leurs investissements, la banque d’investissement a consacré un financement de 80 millions d’euros. Pour soutenir la disponibilité de liquidités pour les startups, le gouvernement prévoit aussi d’autoriser ces entreprises à emprunter de l’argent dans le cadre du plan global de 300 milliards d’euros. Par conséquent, les startups ont la possibilité d’emprunter jusqu’à deux ans de salaire ou l’équivalent de 25 % de leur chiffre d’affaires annuel. Cela pourrait représenter un financement total de 2 milliards d’euros. Le gouvernement entend aussi permettre aux entreprises en démarrage d’obtenir plus rapidement leurs déclarations fiscales (TVA, déclarations d’impôts sur les investissements en R&D). Cette facilitation représentera une injection de liquidités de 1.5 milliard d’euros. Bpifrance va aussi accélérer le versement des aides publiques, en transférant les 250 millions d’euros prévus.

À lire aussi Les Startups Fintech ont collecté 34 milliards de dollars en 2019
PARTAGER
Photo du profil de Léa Faure
Journaliste IT, IT Social

AUCUN COMMENTAIRE