Uber a déclaré la semaine dernière qu’elle travaillera avec la startup « Joby Aviation » pour le lancement de son service de taxi volant prévu en 2023. Joby Aviation est une société aérospatiale basée en Californie qui travaille sur des projets d’aviation électrique depuis plus de 10 ans. Cette entreprise a été créée par JoeBen Bevirt en 2009 et a toujours su rester discrète jusqu’au jour où l’un des porte-paroles de la société a indiqué qu’ils ont collecté près de 100 millions de dollars pour financer le développement d’un prototype de taxi aérien. Des géants comme Intel, JetBlue et Toyota ont été cités comme faisant partie des principaux investisseurs. Contrairement à certaines entreprises qui construisent actuellement des avions à décollage et atterrissage vertical, Joby Aviation a toujours gardé le secret sur une grande partie de ses projets. Seul un appareil hybride mi-avion, mi-drone équipé de 12 rotors et d’une cabine pouvant accueillir jusqu’à 4 personnes a été dévoilé au grand public à ce jour.

Uber indique dans son rapport qu’elle a signé un partenariat commercial pluriannuel avec Joby Aviation pour le développement d’un service de taxi aérien rapide, propre, fiable et abordable sur certains marchés. Les détails sur les termes de l’accord n’ont pas été divulgués. Toutefois, les deux entreprises ont déclaré que Joby Aviation fournira des taxis aériens électriques tandis qu’Uber fournira une aide au contrôle de la circulation aérienne, la construction d’aire d’atterrissage, les connexions au transport terrestre et sur la reconfiguration de son réseau de covoiturage pour permettre aux clients de héler les voitures volantes. Joby Aviation ne sera pas le seul partenaire de fabrication d’Uber. La société de covoiturage a déjà fait allusion à un accord avec 6 autres entreprises aérospatiales telles que Jaunt, Embraer, Karem Aircraft, Pipistrel, Aurora Flight Sciences et Bell. Ils travailleront sur des appareils prototypes qui feront partie de la flotte de taxi aérien d’Uber.

À lire aussi Uber accepte de payer 4.4 millions de dollars d’amende pour indemniser les victimes de harcèlement sexuel

AUCUN COMMENTAIRE