Twitter a décidé d’interdire les fichiers d’images animés PNG (APNG) de sa plateforme, car des entités malveillantes pourraient les utiliser pour cibler des utilisateurs atteints d’épilepsie. Cette décision fait suite à une attaque contre le compte Twitter de l’organisation « Epilepsy Foundation » pendant laquelle des trolls ont envoyé des images animées susceptibles de provoquer des crises chez les personnes photosensibles. En effet, la plateforme de réseau social a découvert un bug qui permettait à des utilisateurs de contourner les paramètres de lecture automatique et d’autoriser l’affichage de plusieurs images animées dans un seul tweet en utilisant le format de fichier APNG.

L’un des porte-paroles de Twitter a déclaré que sa plateforme met actuellement tout en œuvre pour permettre à tout le monde de jouir d’une expérience sûre sur Twitter. Il a aussi rajouté que les APNG paraissaient amusants au début mais ils ne respectent pas les paramètres de lecture automatique. Donc, Twitter a supprimé la possibilité de les ajouter aux tweets. Les tweets avec les images APNG existantes ne seront pas supprimés de la plateforme. Seuls les GIF seront autorisés dans les tweets à l’avenir. Les attaques contre le compte Twitter d’ « Epilepsy Foundation » se sont déroulées le mois dernier pendant le mois national de sensibilisation à l’épilepsie. Des trolls y ont publié des images animées avec des effets de lumière stroboscopique. Pour le moment, le nombre de personnes touchées par l’attaque n’est pas encore connu. Toutefois, Epilepsy Foundation a déclaré avoir déposé une plainte pénale contre les comptes susceptibles d’être impliqués dans cette attaque. En effet, un jury texan a conclu en 2016 qu’une image animée peut être considérée comme une arme mortelle. Cette décision a été prise après qu’un homme ait envoyé un GIF clignotant au journaliste Kurt Eichenwald qui est atteint d’épilepsie et qui a réellement provoqué une crise.

À lire aussi Uber accepte de payer 4.4 millions de dollars d’amende pour indemniser les victimes de harcèlement sexuel

AUCUN COMMENTAIRE