Le CMIT, Nomination, DCF, ISM, présentent le Baromètre Alignement Sales & marketing. Une nouvelle édition qui démontre que la volonté d’être alignés est bien affichée et voulue. L’alignement sales-marketing est une préoccupation business présente dans toutes les entreprises. En 2021, les résultats de l’enquête montrent donc une nette amélioration de 21 % par rapport à 2019 : 40 % des entreprises estiment que leurs services marketing et commercial sont alignés (vs 33 % en 2019).

« Contre toute attente, la part des entreprises qui se dit alignée passe de 33 % fin 2019 à 40 % en 2021. Et ce, malgré une année marquée par une bascule en “(presque) full télétravail. Aligner Sales et Marketing était depuis longtemps une priorité pour la plupart des acteurs de l’IT, mais pour beaucoup d’entre eux, cela semble devenu une impérieuse nécessité”, explique Benoît Marcellin, Directeur marketing et DGA de Nomination. Les principales causes du non-alignement viennent du non-partage d’objectifs stratégiques pour 59 % des répondants, tandis que 38 % estiment qu’il s’agit d’une absence de dirigeants communs.

Une meilleure circulation de l’information

Quant aux raisons qui expliquent cette amélioration de l’alignement, elles résultent d’un manque de collaboration et de partage de l’information. En effet,60 % des répondants marketeurs pensent que le partage de l’information marché reste en tête des leviers d’amélioration, 59 % d’entre eux estiment que le bilan commun régulier en est la cause, et 58 % sont favorables au partage d’un plan d’action annuel pour l’atteinte des objectifs et à une mesure de l’efficacité des actions. Pour 2021 donc, l’amélioration de l’alignement se fera via l’organisation de bilans communs réguliers, l’identification d’actions correctives et la validation du plan marketing par la direction commerciale.

“La maîtrise des données est un des enjeux clés de l’évolution de la fonction marketing. Le marketeur doit désormais pouvoir analyser le ROI de ses actions, mesurer son audience et ses performances et analyser la consommation de ses clients. En cela, la fonction marketing est désormais data-driven et le marketeur est devenu un asset clé pour son organisation, capable de vulgariser la donnée en interne”, explique Camille Rouaud, Responsable marketing, ISM (Groupe Abilways).

publicité