La startup « Mojo Vision » a présenté récemment une démonstration du rendu de ses prochaines lentilles de contact équipées d’une technologie de réalité augmentée. Appelées « Mojo », ces lentilles affichent des données et des images utiles pour les porteurs tout en améliorant la vision naturelle. Pour le moment, les lentilles AR de Mojo Vision sont encore en phase de développement. Toutefois, la startup prévoit de les commercialiser d’ici 2 à 3 ans. Mojo Vision a commencé ses recherches pour la conception de lentilles de contact AR depuis 2015 en se basant sur des recherches datant de 2008. Steve Sinclair, le vice-président des produits et du marketing chez Mojo Vision, a déclaré que malgré le fait qu’il reste encore beaucoup de défis techniques à relever, lui et son équipe sont confiants du bon fonctionnement de leur lentille de contact AR. L’affichage de Mojo comporterait un petit écran capable de comprimer 70,000 pixels dans un espace de moins d'un demi-millimètre. Cet écran projetterait la lumière vers une zone spécifique de la rétine à l’arrière de l’œil appelée « fovéa » pour permettre aux porteurs de visionner les informations affichées par la lentille. L’affichage de Mojo comportera également des micro-composants. Les premières versions seront équipées d’un minuscule processeur ARM Monocoeur et d’un capteur d’image tandis que les versions ultérieures seront dotées d’un capteur oculaire et d’une puce de communication. Au début, les objectifs seront d’abord alimentés par une minuscule batterie semi-conductrice qui aura une autonomie moyenne d’une journée. Cette batterie pourra être rechargée dans un petit boitier similaire à celui des AirPods. Pour les versions finales, les lentilles seront alimentées par un système sans fil via un appareil se trouvant dans un collier se portant autour du cou. Dans quelques années, les lentilles pourront également se connecter sur internet via un smartphone ou un autre appareil permettant d’envoyer et de recevoir des données. Mojo Vision cherche actuellement la meilleure manière d’exploiter la réalité augmentée dans différents domaines. Ils seraient en train de développer avec la collaboration de Motorola des lentilles dotées d’une interface AR pour les pompiers. Ce dispositif permettra aux pompiers et aux premiers intervenants d’accéder à des informations cruciales lors de leur mission. Mojo projette également de développer des lentilles de contact AR pour les employés des industries de service. Ils ont fait référence à un cas d’utilisation où un concierge d’hôtel pourrait facilement identifier et accueillir les clients à partir d’une base de données affichée au niveau de ses lentilles. Mojo Vision a indiqué que la première version de Mojo qui sera disponible dans deux à trois ans sera un modèle équipé d’un ensemble de fonctionnalités de bases pour les personnes ayant des problèmes de vision. Ces lentilles pourront être utilisées comme outil d’assistance visuel par des personnes souffrant de différents types de dégénérescence de la rétine ainsi que par des personnes atteintes de presbytie.

La startup basée à Saratoga en Californie a pu collecter 108 millions de dollars d’investissement en capital-risque provenant de Gradient Ventures de Google, du fonds StarX de Stanford, de New Enterprise Associate (NEA) et de Khosla Ventures. Cette entreprise a été fondée par Drew Perkins et Michael Deering qui partagent tout les deux la même passion pour la technologie basée sur les yeux. Avant la création de Mojo Vision, Drew Perkins avait déjà cofondé la société de réseaux optiques « Infinera » qui est devenue publique en 2007. Il a également cofondé et vendu trois autres entreprises, dont une société d’architecture de réseaux câblés appelée Gainspeed. Drew Perkins avait contracté la cataracte quand il était le PDG de Gainspeed en 2012. Il a subi une chirurgie fixant sa vision en champ lointain et champ proche, mais qui a lui a laissé une vision considérablement limitée. Cette expérience l’a poussé à utiliser la technologie optique pour la conception d’un œil bionique permettant de corriger les problèmes de vision ou même d’améliorer la vue du porteur au-delà de 20/20. Michael Deering, un ancien ingénieur sénior de Sun Microsystems a également rencontré les mêmes problèmes de vision que Drew Perkins, ce qui la poussé à investir dans la recherche de solutions technologies pour corriger les problèmes de vision. Michael Deering est connu pour être un expert en intelligence artificielle, en vision par ordinateur, en graphisme 3D et en réalité virtuelle. Il a passé près d’une décennie à résoudre tous les problèmes mathématiques de focalisation d’un micro-écran soit dans une lentille de contact soit implantée dans l’œil au niveau de la rétine. Ses recherches lui ont permis de trouver des réponses à toutes les problématiques en publiant un flux constant de brevets depuis 2008. Les travaux de Michael Deering et l’expérience de Drew Perkins dans la conception de produits de technologie optique a donné naissance à « Mojo Vision ». Les deux chercheurs ont ensuite été rejoints par Mike Wiemer, un doctorant de Stanford, qui avant cela, avait fondé une entreprise de cellules solaires.

À lire aussi Apple rachète la startup Xnor.ai, spécialisée dans la conception de puces IA à faible consommation, pour 200 millions de dollars

AUCUN COMMENTAIRE