Les relations entre les États-Unis et le Royaume-Uni pourraient se dégrader d’ici quelques jours. En effet, les autorités britanniques prévoient actuellement de permettre à Huawei de fournir des équipements 5G. Downing Street a indiqué la semaine dernière que le kit 5G de Huawei permettrait de rendre le réseau mobile 5G plus abordable. De plus, l’une des sources de Downing Street a rajouté que le fait d’exclure Huawei n’était pas viable pour le pays. Le Royaume-Uni s’apprête alors à défier les États-Unis en signant un partenariat avec Huawei. En effet, les autorités américaines ont toujours affirmé que la technologie chinoise constitue un grave risque pour la sécurité, car la Chine pourrait l'utiliser à des fins de surveillance de masse.

L’adoption de la technologie 5G chinoise au Royaume-Uni dépendra de la décision finale de  la National Security Council (NSC), le conseil de sécurité nationale présidé par Boris Johnson, auquel participeront des ministres de haut rang, des chefs de sécurité ainsi que des militaires. Huawei fait actuellement partie des principaux fournisseurs de technologie mobile 4G. Cette entreprise chinoise est également le leader dans la fourniture d’antennes et de station de base avec 35% de parts de marché au niveau mondial. Le coût des équipements des principaux concurrents de Huawei comme Ericsson et Nokia est plus cher selon les autorités britanniques, de même que pour les principaux opérateurs de téléphonie comme Vodafone et BT. La semaine dernière, des hauts responsables de l’administration américaine se sont rendus au Royaume-Uni pour avertir les autorités locales sur les risques d’un partenariat avec Huawei. Cependant, les responsables britanniques ont déclaré qu’ils ont déjà anticipé ce genre de menace. En mai dernier, le NSC a déjà pris une décision préliminaire pour permettre à Huawei de fournir des équipements non essentiels tels que des antennes et des stations de base pour les réseaux 5G à haute vitesse au Royaume-Uni. De plus, Andrea Leadsom, le secrétaire aux affaires britanniques, a affirmé récemment que le fait de ne pas utiliser Huawei entraînerait des difficultés pour le pays. Selon elle, il existe actuellement plusieurs prestataires proposant des équipements similaires à Huawei, mais que leur offre est encore limitée. Toutefois, le travail sur la question des fournisseurs à haut risque dans le réseau 5G serait toujours en cours. La décision finale sera annoncée au Parlement, une fois les investigations terminées.

À lire aussi Huawei collabore avec Tom Tom pour remplacer Google Maps

AUCUN COMMENTAIRE