Le HRMC, le département non ministériel britannique chargé de collecter les taxes et les impôts a décidé de lancer un contrat d’une valeur de 130.000 dollars destiné aux développeurs pour la conception d’un logiciel pour traquer les transactions en cryptomonnaie. Ce type de monnaie électronique est souvent utilisé par certaines personnes pour ne pas payer d'impôts. Le HRMC veut plus particulièrement disposer d’un logiciel de suivi des transactions touchant les jeux de hasard et le marché noir, entre autres. Dans les détails, le contrat note que le logiciel final devrait être capable de traquer les échanges en Bitcoin, Bitcoin Cash, Ripple, Litecoin, Etherum et Etherum Classic. Le contrat prévoit aussi un traitement préférentiel aux concepteurs de logiciel qui trouveraient les moyens de tracer les cryptomonnaie privées comme Monero, Dash et Zcash. Selon le HRMC, le logiciel pourrait combler certaines lacunes du renseignement sur l’utilisation des monnaies virtuelles dans des transactions illégales. Néanmoins, certains spécialistes pensent qu’il serait plus difficile pour le HRMC de suivre et de traquer les comptes utilisant des cryptomonnaies privées comme Monero.

L’utilisation des cryptomonnaies dans l’évasion fiscale est un problème mondial. L’année dernière, le gouvernement britannique a déjà exigé la liste des données de transaction réalisées sur son territoire dans le but de récupérer les impôts impayés. De son côté, le gouvernement américain a envoyé plus de 10.000 lettres de mises en demeure à l'encontre de personnes qui ont vendu, acheté ou envoyé plus de 20.000 dollars en monnaie virtuelle, et les ont menacées de sanctions si elles omettaient de déclarer leurs revenus ou de payer leurs impôts.

À lire aussi La Chine teste sa cryptomonnaie à Shenzhen et Suzhou

AUCUN COMMENTAIRE