Annoncé depuis quelques temps, le lancement d’une monnaie virtuelle par le gouvernement chinois est en train de se concrétiser. Un test grandeur nature sera réalisé dans deux villes chinoises, Shenzhen et Suzhou. Si ce projet se concrétise, il fera de la Chine la première grande puissance à se doter d’une cryptomonnaie. La nouvelle a été annoncée par un responsable de la Banque populaire de Chine. Le journal Caijing apporte quelques détails supplémentaires. Une première série de test sera réalisée à Shenzhen avant la fin de l’année, avant que le gouvernement procède à l’intensification de la mise en place de la monnaie. Sa mise en circulation dépendra de la réussite de ces expérimentations.

Selon Caijing, la monnaie prend actuellement le nom de DCEP (Digital currency electronic payment). La Banque populaire de Chine va s’associer à des banques commerciales locales pour émettre la monnaie virtuelle. Durant la phase de test, ces établissements tenteront de définir un ensemble de scénarios de concurrence dans le but de définir comment la monnaie va fonctionner dans le futur. De plus, cette dernière sera testée dans des conditions réelles de service, notamment dans les transports, l’éducation et la santé. Le journal Caijing dévoile aussi que le gouvernement chinois compte à terme remplacer la monnaie physique par la cryptomonnaie. Le paiement mobile est déjà largement utilisé en Chine, surtout via Alipay et WeChat Pay. En tout, 80 % des transactions ont été effectuées par mobile en 2018 (20 % en 2013). Mais la mise en place de cette monnaie virtuelle va poser un problème majeur de sécurité des données personnelles. Selon Mu Changchun, directeur de l’institut de recherche sur les monnaies numériques de la Banque populaire de Chine, la DCEP sera utilisable hors connexion. Il pourra ainsi assurer un « certain » anonymat, sans donner plus de détails. Dans tous les cas, au stade actuel des choses, nul ne sait dans quelle mesure le gouvernement chinois aura accès aux informations sur les transactions.

À lire aussi La Chine commence à interdire les logiciels et matériels étrangers dans les bureaux d’état

AUCUN COMMENTAIRE