Il y a quelques jours, le premier ministre britannique Boris Johnson a autorisé Huawei à fournir des équipements pour la mise en place des réseaux 5G au Royaume-Uni. Face à cette décision, la National Cyber Security Center (NCSC), la principale organisation de cybersécurité du Royaume-Uni, a déclaré mardi que Huawei est un fournisseur à haut risque. Selon eux, la cybersécurité ainsi que la qualité d’ingénierie de l’entreprise sont faibles, avec des processus opaques. La NCSC a également ajouté que Huawei pourrait être contraint par la loi chinoise de remettre les données collectées au Royaume-Uni. Une situation qui pourrait nuire aux intérêts britanniques. Le Royaume-Uni a décidé de défier les restrictions américaines en permettant à Huawei d’installer un réseau 5G sur son territoire. Toutefois, Huawei ne sera autorisé à fournir que des équipements pour les parties non essentielles du réseau 5G, et sera interdit dans les zones plus sensibles. De plus, sa présence sur le territoire sera limitée à 35%.

La NCSC a toujours critiqué les pratiques de sécurité de Huawei. En 2019, l’organisation a affirmé que les équipements du géant chinois comportaient des défauts majeurs. Cependant, Huawei a déjà fourni des équipements aux opérateurs mobiles du pays par le passé. Depuis quelques années, l’entreprise est devenue un fournisseur d’équipements de télécommunication populaire et bon marché qui domine le marché mondial, malgré les critiques de la NCSC. Pourtant, le centre n'a jamais déclaré publiquement la présence de portes dérobées dans l’équipement de Huawei. La NCSC avait même affirmé l’année dernière que les risques de sécurité liés à la présence d’équipements Huawei sur les réseaux mobiles du Royaume-Uni étaient gérables. Revirement cette semaine, le Dr Ian Levy, directeur technique du NCSC, écrit dans un article de blog que son organisation n’a jamais fait confiance à Huawei. Il a demandé aux opérateurs de téléphonie mobile (le finlandais Nokia, le suédois Ericsson, le Sud coréen Samsung et le chinois ZTE) de limiter l’utilisation des équipements de la société chinoise pour permettre aux autorités locales de mieux gérer les risques de sécurité. Malgré cela, Huawei a indiqué mardi qu’elle était satisfaite de la décision du gouvernement britannique lui permettant de participer au déploiement de la 5G au Royaume-Uni. Dans ce cadre, Victor Zhang, le vice-président de Huawei, a indiqué qu’un marché de fournisseurs diversifiés et une concurrence loyale sont essentiels pour la fiabilité et l’innovation du réseau. Il a ensuite ajouté que ces conditions permettront aussi de proposer la meilleure technologie possible aux consommateurs.

À lire aussi Le Royaume-Uni prévoit d’autoriser Huawei à lui fournir des équipements 5G, malgré la mise en garde des Etats-Unis
PARTAGER
Photo du profil de Léa Faure
Journaliste IT, IT Social

AUCUN COMMENTAIRE