Les géants d’internet ont émis des critiques concernant l’application de la directive sur le droit d’auteur votée par le parlement européen en septembre dernier. Ce projet de loi viserait à mettre à jour tous les droits d’auteur des contenus disponibles sur internet. Face à cette situation, Google a mis en garde sur les conséquences de cette nouvelle directive sur le format de recherche actuel. Selon eux, si cette législation est adoptée, les pages de résultats de recherches seront vides. Cette circonstance serait due à l’application de l’Article 11 qui donne aux éditeurs le droit d’exiger des licences payantes pour l’utilisation d’extraits de leurs récits.

Dernièrement, Google a dévoilé l’aspect futur de sa plateforme si la directive sur le droit d’auteur est appliquée. La page montre que si un utilisateur de l’UE effectue une recherche sur les dernières nouvelles, seuls les liens qui mèneront vers les sites seront affichés dans les résultats de recherche. Aucun résumé, ni titre, ni photo ne sera disponible. Le vice-président de Google News, Richard Gingras a déclaré que si le dispositif de l’UE est mis en place, les plateformes de services en ligne qui ne génèrent aucun revenu vont devoir choisir les éditeurs avec qui ils travailleront. Actuellement, près de 88 000 éditeurs peuvent apparaitre sur Google News. Cependant, leur nombre va baisser considérablement à cause de l’article 11. L’UE prévoit la mise en vigueur de la directive sur le droit d’auteur à partir de 2021. Pour le moment, l’application de cet article est encore en phase de négociation entre la Commission européenne, le Conseil et le Parlement. Un vote est également programmé pour ce vendredi 18 janvier. Une fois la législation adoptée, une négociation finale sera organisée entre le Parlement et le Conseil le 21 janvier, puis un vote final se tiendra le mois de mars prochain.

#Google dévoile la présentation des résultats de recherches sur sa plateforme conformément aux lois… Click to Tweet
À lire aussi Les ingénieurs de Google ont déployé des efforts surhumains pour lutter contre le trafic sexuel

AUCUN COMMENTAIRE