GitHub, le site web et service cloud qui aide les développeurs à stocker et à gérer leur code, a été racheté par Microsoft en 2018 pour une valeur de 7,5 milliard de dollars. Toutefois, Erica Brescia, la directrice d’exploitation de la société, a déclaré que Microsoft respectait toujours l’indépendance de GitHub. Selon elle, la plateforme qui compte actuellement plus de 40 millions de développeurs, ne compte pas migrer leur service de partage de code vers le Cloud Azure malgré le fait qu’elle appartienne à Microsoft. Le fonctionnement actuel de GitHub serait similaire à celui d’avant son rachat par le géant américain. En effet, la société travaille avec des fournisseurs de service Cloud autres qu’Azure et possède également ses propres centres de données. GitHub n’a jamais dévoilé le nom des plateformes sur lesquelles ses services sont hébergés mais en 2014, un ancien ingénieur a déclaré que GitHub était client d’Amazon Web Services.

Erica Brescia a indiqué que GitHub utilisait Microsoft Azure pour alimenter des produits comme GitHub Actions qui permet aux clients de partager, de créer et d’exécuter des codes directement sur le site. Toutefois, GitHub ne prévoit pas de déplacer l’intégralité de ses services vers Azure car Microsoft l’a autorisé à fonctionner comme une filiale indépendante. GitHub a commencé à être populaire après son acquisition par Microsoft. La plateforme constitue actuellement une référence pour les développeurs du monde entier surtout pour ceux qui travaillent sur des projets de logiciels open source. Erica Brescia a déclaré que l’acquisition de GitHub par Microsoft représente une réelle opportunité pour son entreprise et que le prochain objectif de la société serait d’atteindre les 100 millions de développeurs sur son site d’ici 2025. GitHub prévoit également de continuer à se concentrer sur la création d’outils de développement et à investir dans son produit d’entreprise.

À lire aussi GitHub interdit l’accès à sa plateforme aux développeurs des pays soumis à des sanctions américaines

AUCUN COMMENTAIRE