Fair Tax Mark, l’organisme britannique d’accréditation fiscale, a publié récemment un nouveau rapport indiquant que 6 entreprises de technologie, dont Amazon, Facebook, Google, Netflix, Apple et Microsoft ont réussi à échapper à plus de 100 milliards de dollars d’impôts. Paul Monaghan, le directeur de Fair Tax Mark, a déclaré que les comptes de ces entreprises font état de vastes revenus non rapatriés à l’étranger. Il a aussi rajouté que les géants de la technologie ne partagent aucune information sur leur revenu, les bénéfices et les impôts payés dans différents pays alors que ces informations devraient être divulguées. Aux États-Unis, le taux d’imposition des sociétés était de 35% auparavant, puis réduit à 21% par l’administration Trump en 2017. Le rapport de Fair Tax Mark affirme que les grandes entreprises de technologie ont pu éviter de payer près de la moitié de leurs taxes grâce à des subventions et des allègements fiscaux.

Dans ce contexte, les analystes de Fair Tax Mark ont découvert qu’Amazon n’a payé que 3,4 milliards de dollars en impôt sur le revenu au cours des 10 dernières années, ce qui ne constitue que 12,7% des bénéfices pendant cette période. Facebook aurait également versé 10,2% de ses bénéfices depuis 2010 alors qu’à ce moment, le taux d’imposition était de 35%. Google aurait également déclaré que son taux global d’imposition était de plus de 23% au cours des 10 dernières années alors que Fair Tax Mark a découvert qu’ils n’ont versé que 15,8% de leur bénéfice. Netflix aurait aussi payé 15,8% de ses bénéfices avec des marges assez minces. Apple qui se dit être l’un des plus grands contribuables du monde n'a payé que 17,1% de ses bénéfices. Enfin, Microsoft serait la moins agressive en matière d’évasion fiscale avec 46,9 milliards dollars en impôts, soit près de 16,8% de son bénéfice. Face à ce constat, l’un des porte-paroles de Google a déclaré que Fair Tax Mark ignore la réalité du système fiscal international qui est de plus en plus complexe actuellement. D’après lui, son entreprise a payé plus de 80% de son impôt sur les entreprises dans son pays d’origine. Toutefois, Google serait d’accord avec l’OCDE pour la mise en place de nouveaux principes fiscaux. L’un des porte-paroles d’Amazon a également réagi au rapport de Fair Tax Mark en affirmant que son entreprise ne doit pas être classée parmi les sociétés de technologie qui disposent d’une marge de profit plus élevée. D’après lui, Amazon ne représente actuellement que 1% du commerce de détail mondial, an ayant respecté le taux d’imposition effectif de 24% sur les bénéfices de 2010 à 2018. Toutefois, Paul Monaghan estime que le taux d’imposition effectif d’Amazon était de 21,4% pour la dernière décennie.

À lire aussi Seuls 15% des DSI sont satisfaits de leurs technologies numériques

AUCUN COMMENTAIRE