Les fans de Game of Thrones (GOT) savent très bien que la mort est imprévisible dans la série. C’est toujours au moment où l’on s’attend le moins que l’un des personnages principaux est tué brutalement. Ce qui nous fait poser la question : qui serait le prochain ? Afin de répondre à cela, des chercheurs de l’Université Technique de Munich « TUM » (Technical University of Munich) ont développé une Intelligence artificielle capable de déterminer les personnages susceptibles de mourir lors la dernière saison de GOT. L’équipe de scientifiques aurait utilisé des techniques de base de données statistiques et un système d’apprentissage automatique sophistiqués pour réaliser les prédictions.

Pour mener à bien leurs études, l’équipe du TUM a extrait les informations statistiques sur la durée de vie des différents personnages ainsi que les données biographiques susceptibles de correspondre à leur décès. Grâce au wikis maintenus par les fans de la série, les scientifiques ont pu explorer toutes les informations concernant la vie de centaines de personnages. Les prédictions indiquent que le personnage le plus susceptible de survivre serait Daenerys Targaryen, la mère des dragons avec seulement 0,9% de probabilité de mourir. Elle est suivie de Tyrion Lannister avec 2,5% de chances de mourir, Varys (3,2%) et Samwell Tarly (3,3%). Par contre,  Ser Bronn de Blackwater est considéré comme le plus susceptible de mourir avec 93,5% de chances. Il est suivi de Gregor Clegane (80,3%) et Sansa Stark (73,3%). Ces résultats montrent que dans l’univers Game of Thrones, les hommes sont plus susceptibles de mourir que les femmes car ils ont un taux de mortalité moyen de 22% contre 11% pour les personnages féminins. Les hommes de la maison Baratheon ont par exemple 5% de chance de mourir que les personnages moyens. Cependant, les membres masculins de la maison Lannister ont quant à eux 45% de chance de survie.

#GameofThronessaison8 : des scientifiques développent une #IA capable de prédire les personnages susceptibles… Click to Tweet
À lire aussi La rareté des profils favorise l’adoption de l’IA dans la cybersécurité

AUCUN COMMENTAIRE