Une fuite interne chez Facebook a révélé le plan de son fondateur Mark Zuckerberg sur le développement de sa technologie AR, qui utilise l’interface cerveau/ordinateur. D’ailleurs, la société travaillait depuis quelque temps sur une technologie destinée à concurrencer Neuralink d’Elon Musk. La firme a déjà montré quelques aperçus de ses projets lors de la conférence Oculus. Le PDG de Facebook a ainsi livré ses idées sur cette technologie pendant une réunion interne. Il pense que contrairement à Neurolink qui veut utiliser la connexion dite « invasive » entre le cerveau et l’ordinateur (présence d’implant directement à l’intérieur du cerveau), il privilégie plutôt l’approche non invasive. Pour cela, il pense que Facebook devra plutôt se pencher vers les lunettes ou les bandeaux pour assurer la connexion entre le cerveau et le dispositif AR. Dans un futur proche, il admet ailleurs que Facebook va utiliser des appareils qui utiliseront plusieurs interfaces comme les mains, la voix et le cerveau. Le suivi des mains est déjà disponible sur le casque VR Oculus Quest. Cette réunion interne a aussi fait ressortir que Mark Zuckerberg entend laisser une place importante à la technologie AR dans les dix prochaines années.

Pourtant, lorsque le dirigeant de Facebook a été questionné par un collaborateur sur l’impact que va avoir une telle technologie sur la vie privée, celui-ci est resté vague dans ses réponses. Car la société a souvent été impliquée dans des affaires polémiques d’utilisation des données personnelles via les technologies qu’elle a déployées. De plus, la connexion lunettes AR/cerveau semble être une nouvelle porte d’entrée pour collecter des informations plus facilement.

#Facebook veut développer une #technologie #AR contrôlée par le cerveau basée sur l’approche non invasive,… Click to Tweet
À lire aussi Facebook lance ses premiers tests de masquer le nombre de « J’aime »

AUCUN COMMENTAIRE