Malgré les pressions de toute part, Facebook ne va pas changer d’un iota sa politique relative aux publications politiques, même si certaines pourraient comporter des informations erronées. Dans un article de presse, Facebook déclare que les gens ont le droit d’entendre tous les discours de ceux qui pourraient les diriger. La politique de Facebook a essuyé de sérieuses critiques émanant de diverses personnalités. La sénatrice Élisabeth Warren a défié directement la plateforme en publiant une fausse information. S’il ne veut pas changer sa vision, Facebook va, par contre, donner plus de pouvoir aux utilisateurs en ajoutant un nouveau contrôle permettant de voir moins de publicités politiques sur les applications Facebook et Instagram. La société va aussi ajouter d’autres fonctionnalités à sa bibliothèque d’annonces, grâce auxquelles les utilisateurs pourront non seulement voir toutes les publicités politiques, mais également le nombre de personnes que l’annonceur veut atteindre. Ces mises à jour seront déployées dès le premier trimestre 2020.

En octobre, Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a prononcé un discours à l’Université de Georgetown dans lequel il a défendu la politique de sa société. Il a déclaré qu’une entreprise privée n’a pas le droit de censurer les annonces politiques, d’autant plus que selon lui, les publicités politiques peuvent aider les candidats locaux qui n’ont pas la possibilité de diffuser leurs idées sur les médias classiques. Néanmoins, le dirigeant appelle à la mise en place de règles démocratiquement responsables. La politique de Facebook tranche avec celles de certains de ses concurrents. Twitter a interdit toute publicité politique sur sa plateforme, tandis que Google a émis plusieurs restrictions. Pour sa part, Spotify a décidé de suspendre la diffusion de ce type d’annonce.

À lire aussi Facebook : la nouvelle politique visant à interdire les deepfakes ne convient pas à certains membres du Congrès américain

AUCUN COMMENTAIRE