En 2018, le gouvernement américain a adopté la loi ECRA, connue aussi sous le nom de Loi sur la réforme du contrôle des exportations. Dans le cadre de cette nouvelle réglementation, les États-Unis comptent restreindre l’exportation de certaines technologies IA pour contrer les avancées de la Chine qui connaît une véritable progression dans le domaine. Cette mesure vise aussi à préserver le leadership américain devant la Chine. La loi ECRA a suscité de vives craintes de la part des entreprises technologiques, le développement de l’IA étant étroitement lié aux échanges technologiques transfrontaliers. Néanmoins, la nouvelle mesure d’interdiction est très concise. Elle concerne uniquement les logiciels qui utilisent des réseaux de neurones artificiels souvent utilisés dans l’imagerie géospatiale. Le gouvernement, par le biais du Burea of Industry and Security, précise que la restriction s’applique uniquement aux logiciels dotés d’une interface utilisateur graphique. Ce n’est pas la première mesure de restriction du genre imposée par les États-Unis sur l’IA. Le gouvernement a également interdit aux entreprises américaines de collaborer avec des entreprises chinoises qui conçoivent des logiciels et des matériels de surveillance basés sur l’IA.

L’utilisation de l’IA et de l’apprentissage automatique dans la production d’imageries géospatiales est assez courante. Cette technologie est par exemple utilisée pour trier les images des satellites de surveillance. Les écologistes figurent parmi les plus grands utilisateurs de l’apprentissage automatique pour surveiller les incendies de forêt, entre autres. C’est aussi le cas des analystes financiers. Par ailleurs, l’IA est aussi très utilisée dans le domaine militaire. Dernièrement, les États-Unis ont développé Sentinel, un outil d’analyse basé sur l’IA capable de détecter des anomalies dans les images satellites, signaler des mouvements de troupes, de missiles, etc. Néanmoins, cette interdiction décidée par les États-Unis n’affectera en rien le développement de la même technologie par la Chine. La raison en est que les programmes sous-jacents sont souvent disponibles en ligne d’une manière gratuite. Tout cela permet aux ingénieurs de les exploiter pour créer de nouveaux programmes. Selon l’agence Reuters, la restriction adoptée ne touchera que les produits IA américains. Par contre, d’autres pays pourraient adopter les mêmes mesures restrictives, comme c’était le cas pour Huawei et sa technologie 5G.

À lire aussi TikTok dévoile son premier rapport sur la transparence… Inde et Etats-Unis en tête des demandes

AUCUN COMMENTAIRE