Le réseau social « TikTok » a publié cette semaine son premier rapport sur la transparence en indiquant les pays qui lui ont soumis une demande de suppression de contenu et d’accès aux données des utilisateurs. La Chine n’était pas présente dans le rapport, car l’application de partage de vidéos a affirmé qu’elle n’a reçu aucune demande de retrait de contenu provenant du Parti Communiste chinois au cours du premier semestre 2019. Cette situation va à l’encontre d’un rapport du Washington Post indiquant que TikTok censurait les contenus liés aux manifestations pro-démocratique à Hong Kong pour apaiser le gouvernement chinois. Toutefois, le réseau social appartenant au géant chinois « ByteDance » a nié toutes ces accusations.

Le rapport de TikTok indique que l’Inde est le pays qui a soumis le plus de demandes à TikTok en 2019, avec 107 demandes d’accès aux données d’utilisateurs et 11 demandes de retrait de contenu ont été envoyées par le pays. Les États unis quant à eux se trouvent à la 2ème place avec 79 demandes d’accès aux données des utilisateurs des agences américaines d’application de la loi ainsi que 6 demandes de suppression de contenu. Pour les États-Unis, 86% des demandes d’accès aux données utilisateurs ont été satisfaites tandis que 7 comptes liés aux demandes de retrait de contenu ont été restreints ou bloqués. Éric Ebenstein, le responsable des politiques publiques de TikTok, a déclaré que son entreprise s’est engagée à aider les forces de l’ordre dans des circonstances appropriées tout en respectant la vie privée et les droits de ses utilisateurs. TikTok connait actuellement une grande popularité en Inde et aux États-Unis. La Chine n’est pas mentionnée dans le rapport, car l’application est interdite dans le pays. En effet, sa version chinoise appelée « Douyin » fonctionne d’une manière tout à fait indépendante. Malgré cela, les autorités chinoises sont réputées pour la censure de contenu. Un rapport de l’organisation Freedom House sur la liberté d’internet dans le monde indique que la Chine est le pire abuseur de la liberté d’internet au monde à cause de ses tactiques de censure et de surveillance. Cette situation ne toucherait pas seulement les citoyens chinois. L’année dernière, The Verge a fait part d’un article indiquant que les américains d’origine chinoise ayant parlé des élections de Hong Kong ont vu leur compte WeChat bloqué ou restreint.

À lire aussi TikTok dépasse les téléchargements de Facebook, Instagramm et autres réseaux sociaux.

AUCUN COMMENTAIRE