Sujith Narayanan et Sumit Gwalani, les deux cofondateurs de Google Pay en Inde, ont décidé de mettre en place une plateforme néo-bancaire dans ce pays. Pour cela, ils ont réalisé un tour de financement qui a vu la participation de fonds de capital-risque de premier plan. Ils ont réussi à lever 13.2 millions de dollars au profit de leur société dénommée epiFi. Parmi les acteurs financiers à avoir participé à cette tournée de financement, Sequoia India et Ribbit Capital ont également dirigé l’opération. Il y avait également le géant néo-bancaire brésilien Nubank, représenté par son fondateur David Velez, et le fonds de capital-risque Hillhouse Capital. Les plateformes de néo-banque, également appelée banques alternatives, sont des structures bancaires qui offrent des solutions de paiement autres que celles des banques traditionnelles. Les deux dirigeants ont créé leur entreprise en s’inspirant de leur expérience lors de la création de Google Pay, appelée alors Google Tez. Ils ont compris que les utilisateurs avaient d’autres besoins que le paiement numérique comme les assurances et les crédits. Selon Shailesh Lakhani, directeur général de Sequoia Capital India, l’idée développée par epiFi est de fournir un produit bancaire moderne qui peut apporter une nouvelle expérience aux consommateurs. La société apporte une nouvelle vision sur l’épargne et le crédit, lesquels n’ont pas connu de véritables innovations depuis des années. Pour rappel Sumit Gwalani a travaillé chez Google India en tant que directeur de la gestion des produits. epiFi compte actuellement plus d’une vingtaine de salariés, dont certains proviennent d’entreprises connues comme Netflix, PayPal et Flipkart.

En 2016, les autorités indiennes ont décidé de supprimer les factures papier, ce qui a obligé les consommateurs à utiliser les applications de paiement. Les entreprises de la Silicon Valley participent activement à mettre en place des solutions de paiement numérique en Inde, d’autant plus que le marché est grand. On estime que plus de 100 millions de personnes utilisent les plateformes de transaction numérique dans le pays. Quelques startups proposent déjà leur service de paiement en ligne en Inde comme Open, NiYo et RazorPay. Elles proposent des cartes de crédit destinées aux entreprises et des outils de gestion des transactions en ligne. En Inde, et dans l’ensemble de l’Asie du Sud en général, la plupart des néo-banques proposent leurs services aux entreprises plutôt qu’aux particuliers.

À lire aussi Google payera une amende de 1,49 milliard d’euros à l’UE

AUCUN COMMENTAIRE