Il y a quelques jours, un expert en sécurité a découvert une base de données non sécurisée contenant des centaines de numéros de téléphone liés à des comptes Facebook. Face à cette situation, la DPC irlandaise (Irish Data Protection Commission) le principal responsable de la protection des données en Europe a décidé de poser quelques questions au réseau social. Le serveur exposé contenait plus de 419 millions d’enregistrements de données d’utilisateurs Facebook de plusieurs pays dont 18 millions d’utilisateurs au Royaume-Uni. La présence de données européennes dans le serveur a poussé le régulateur irlandais a se concentré sur l’affaire. En effet, le RGPD prévoit des sanctions sévères pour les manquements à la conformité et les atteintes à la sécurité avec des amendes pouvant atteindre 4% du chiffre d’affaire annuel d’une entreprise.

La DPC Irlandaise est actuellement le principal organisme de contrôle de la protection des données en Europe. Son rôle est de surveiller le respect du RGPD par les géants de la technologie. La DPC va travailler avec l’ICO (Information Commissioner’s Office), le responsable de la protection des données au Royaume-Uni pour enquêter sur la dernière fuite de données de Facebook. Toutefois, la DPC n’a pas encore annoncé l’ouverture officielle d’une enquête formelle sur la violation des numéros de téléphone des utilisateurs de Facebook.

La #DPC va se concentré sur le dernier cas d’échec de #sécurité de #Facebook Click to Tweet
À lire aussi Facebook, Google, Microsoft et Twitter discutent de la sécurité des élections de 2020 avec les agences de renseignement

AUCUN COMMENTAIRE