La société Comparitech et Bob Diachenko, un chercheur en sécurité, ont publié récemment un rapport concernant une affaire de fuite de données Facebook. Ils ont découvert que les données de plus de 247 millions d’abonnés du réseau social ont été disponibles en ligne. Selon eux, les identifiants, les numéros de téléphone ainsi que les noms des compte impliqués ont été trouvés dans une base de données accessible sans mot passe ni aucune autre forme d’authentification. Les chercheurs estiment que ces données ont été obtenues dans le cadre d’une opération de grattage illégale ou d’un abus au niveau de l’API Facebook. Bob Diachenko a déclaré avoir signalé la présence de cette base de données au fournisseur du service qui gère l’adresse IP du site. Cependant, la base de données a été exposée pendant près de deux semaines et les informations ont également été proposées en téléchargement sur un forum de hackers.

Comparitech a indiqué que toutes les données personnelles dévoilées en ligne pourraient être utilisées par des individus malveillants à des fins d’escroquerie par phishing ou pour d’autres actes criminels. Face à cette situation, l’un des porte-paroles de Facebook a déclaré que la plateforme est actuellement en train d’examiner le problème. Toutefois, il a souligné le fait que ces informations auraient pu être obtenues avant les modifications mise en place ces dernières années pour protéger les informations des abonnés. Malgré cela, ce n’est pas la première fois que les données de millions d’utilisateurs Facebook ont été dévoilées en ligne. En septembre dernier, un chercheur en sécurité a découvert une base de données contenant 419 millions de données liées à des comptes Facebook. Il y a un an, un cas de piratage a également divulgué les informations de 29 millions d’utilisateurs tandis qu’une erreur tierce a révélé 540 millions de données Facebook. Certaines rumeurs ont également indiqué que plus de 20,000 employés de Facebook auraient eu accès à 600 millions de mots de passe d’utilisateurs.

À lire aussi L’unification des applications de messagerie de Facebook pourrait être bloquée par la Federal Trade Commission

AUCUN COMMENTAIRE