Le Financial Times a publié récemment un rapport indiquant que le gouvernement chinois serait actuellement en train de procéder au remplacement de tous les matériels PC et les systèmes d’exploitation étrangers, et pendant les trois prochaines années. Cette initiative leur permettrait de s’isoler de l’influence du secteur technologique occidental. Cette décision aurait été prise par le gouvernement chinois cette année. Ce n’est pas la première fois que la Chine tente de faire la purge des logiciels occidentaux sur son territoire. Il y a 5 ans, le pays a déjà essayé d’évincer Android et Windows, mais son initiative avait échoué.

La décision de la Chine serait due à la tension des relations qu’elle entretient avec les États-Unis, surtout dans le domaine de la technologie. En effet, les États-Unis ont interdit récemment à certains fournisseurs de matériel chinois comme ZTE et Huawei d’utiliser les infrastructures américaines. L’objectif de la Chine serait alors de remplacer 30% des ordinateurs et des logiciels étrangers d’ici la fin de 2020, 50% de plus en 2021 et les 20% restant en 2022. Tous les appareils étrangers seront remplacés par des appareils de production locale. Ce qui inclut également le remplacement des composants et des logiciels d’où l’exclusion des processeurs Intel et AMD, des GPU Nvidia, des architectures ARM ainsi que des processeurs d’images de Sony. Malgré les efforts considérables que la Chine devra déployer pour réaliser ce changement, de nombreuses entreprises locales se seraient déjà préparées à cette éventualité depuis des années. Toutefois, les détails concernant ce plan d’action restent encore confidentiels.

À lire aussi Une nouvelle organisation du travail basée sur la collaboration Homme-machine

AUCUN COMMENTAIRE