Le massacre de Christchurch a ébranlé la communauté musulmane et internationale. Le 15 mars dernier, l’attaque menée contre la mosquée Masjid Al Noor à Christchurch en Nouvelle-Zélande a fait pas moins de 50 morts et une dizaine de blessés. Suite à cette terrible situation, Facebook a déclaré avoir bloqué 1,5 million de tentatives de diffusion de la vidéo en direct de l’attaque par le tireur dans les 24 heures suivant l’évènement. Le réseau social a rajouté que plus de 1,2 million de tentatives de téléchargement de la vidéo ont également été bloquées. L’un des porte-parole de Facebook a déclaré sur Twitter que la plateforme avait franchi une étape supplémentaire en bloquant toutes les versions de la vidéo pour supprimer le contenu graphique sur l’ordre des autorités locales et par « respect pour les personnes touchées par cette tragédie ».

Lors du massacre, près de 17 minutes de l’attaque ont été diffusées en direct sur Facebook. Ce meurtre de masse était accompagné d’une publication en ligne d’un manifeste visant à catégoriser l’incident dans le contexte des communautés internet marginales telles que les forums d’extrême droite présents sur le site 8chan. Le suspect qui est connu comme étant Brenton Tarrant se serait inspiré de personnes célèbres sur internet pour réaliser les attaques. Dans ce cadre, il a fait allusion à PewDiePie, Candace Owens et le terroriste néo-nazi Anders Breivik. Malgré le fait que de nombreuses plateformes ont tenté de supprimer la vidéo en question, elle s’est rapidement répandue sur le net, notamment sur Facebook, YouTube et Twitter. D’après Reuters, Jacinda Ardern, la première ministre néo-zélandaise aurait demandé à rencontrer directement le dirigeant de Facebook pour qu’il règle l’affaire.

1,5 million de vidéos du massacre de #Christchurch ont été bloquées par #Facebook en 24 heures Click to Tweet
À lire aussi Facebook, Messenger et Instagram ne fonctionnent plus pour certains abonnés

AUCUN COMMENTAIRE