Quel est l’impact du Shadow IT sur le télétravail ? Selon l’étude menée par NinjaRMM, 42 % des télétravailleurs déclarent avoir besoin de contourner les règles de sécurité pour pouvoir travailler.

Spécialisé dans l’infogérance informatique, NinjaRMM a interrogé 800 travailleurs à distance dans la région EMEA dans plusieurs secteurs. Cette étude révèle que si la majorité des personnes interrogées connaissent effectivement les politiques de sécurité de leur organisation, les employés contournent souvent les règles…

Ils utilisent un ensemble de dispositifs physiques tels que des disques durs, des smartphones et des outils numériques tels que des logiciels de communication et d'entreprise qui sont la plupart du temps pas contrôlés par la direction.

Dans le détail, cette enquête constate que :

  • 41 % des télétravailleurs ont eu l'impression de devoir contourner les politiques de sécurité de leur entreprise pour faire leur travail. D’ailleurs, de nombreux employés semblent utiliser leurs appareils professionnels à des fins de communication et de divertissement personnel, 18 % d'entre eux ayant installé un logiciel de jeu sur leur appareil professionnel.
  • Toujours à propos de la confidentialité des données, les salariés se répartissent à parts égales : la moitié considèrent que le risque d'utiliser du matériel, des logiciels ou des services cloud non approuvés est important ou élevé. L’autre moitié estime qu'il s'agit d'un risque faible ou nul.
  • 36 % ont dû acheter eux-mêmes des outils et du matériel numériques
  • 57 % passent deux heures ou plus par semaine à régler des problèmes informatiques, ce qui entraîne une baisse de la productivité et de la capacité à travailler efficacement.

Ce constat s’explique notamment par le fait que pour certains employés, le passage au télétravail est allé de pair avec une augmentation du nombre d'appareils et de logiciels ou de services cloud utilisés pour faire leur travail.

38 % ont constaté une augmentation du nombre d'appareils qu'ils utilisent pour travailler, tandis que 44 % ont constaté une augmentation de la quantité de logiciels ou de services en cloud qu'ils utilisent pour travailler.

Les recommandations basées sur les résultats de l'enquête suggèrent qu'une formation fréquente à la sécurité, combinée à des politiques claires et à des expériences informatiques fluides, peut réduire ou éliminer certaines des raisons pour lesquelles les employés se tournent vers des dispositifs et des applications fantômes en premier lieu.

« Il est extrêmement préoccupant de constater qu'un grand nombre de personnes ressentent le besoin de contourner les politiques de sécurité de leur organisation », a déclaré Lewis Huynh.

« Au-delà des problèmes de sécurité liés à la violation des politiques de l'entreprise, cela reflète un échec de la part des dirigeants. Cela montre qu'ils ne comprennent pas ce qu'il faut pour que leurs équipes fassent leur travail ou qu'ils ne veulent pas investir dans les ressources qui peuvent rendre le personnel plus productif. Cet échec se traduit par une perte de temps, de ressources et de contrats commerciaux potentiels », complète le responsable de la sécurité chez NinjaRMM.

publicité