UiPath, spécialisée dans l'automatisation robotisée des processus (RPA), et IDC France dressent un état des lieux de ces solutions.  De nombreuses organisations ont déjà franchi le pas afin de permettre à leurs collaborateurs de se concentrer sur des tâches à forte valeur ajoutée.

Le RPA (Robotic Process Automatisation) n’est plus un concept abscons pour les professionnels. Mais il est encore parfois confondu avec la gestion des processus métier, même si plusieurs fournisseurs d'outils RPA se trouvent être des fournisseurs de BPM. 

L'objectif du RPA est d'automatiser les fonctions répétitives et de se concentrer davantage sur les tâches métiers de base.  

Menée auprès de 78 directions informatiques et 93 directions métier d’entreprises françaises des secteurs privé et public dont l’effectif est d’au moins 500 personnes, cette étude IDC/ UiPath indique que 74 % des entreprises ont engagé une réflexion ou un projet quant à son intégration.

Optimiser l’utilisation des licences applicatives

17 % ont déjà franchi le pas et 3 % l’expérimentent à travers un POC (Proof of Concept) ou un projet pilote. Les 2/3 des entreprises (64 %) considèrent l’automatisation des opérations, qui sont encore réalisées manuellement, comme un sujet important, voire prioritaire. La moitié estime que leur entreprise offre un fort voire très fort potentiel en la matière.

Pour les directions informatiques, la combinaison « délai, facilité, coût » arrive en tête des bénéfices attendus du RPA par rapport aux projets d’intégration classiques. Par ailleurs, une direction IT sur cinq voit également dans le RPA la possibilité d’optimiser l’utilisation des licences applicatives, un robot saisissant bien plus d’opérations qu’un humain.

   

Par ailleurs, le déploiement de RPA améliore la qualité des services offerts aux utilisateurs finaux, car il élimine le risque d'erreur humaine qui peut être à l’origine d’incohérences dans l'exécution des processus.

IDC table sur une multiplication par cinq des dépenses des organisations françaises en logiciels RPA entre 2018 et 2022. Le marché hexagonal pourrait atteindre 149 millions d’euros à cet horizon. 

Au niveau mondial, ce marché a augmenté de plus de 63 % l'an dernier, selon le cabinet Gartner. Le RPA représente la catégorie des logiciels d'entreprise affichant la croissance la plus rapide. 

Il faut néanmoins relativiser. Ce marché est encore jeune et ne représente que 846,2 millions de dollars, comparé aux autres catégories de logiciels d'entreprise qui représentent plusieurs milliards de dollars.

Mais si elles sont conscientes des bénéfices qu’elles pourraient en tirer, elles attendent aussi des solutions d’automatisation simples à mettre en œuvre et abordables financièrement pour accélérer leurs projets de RPA. 

 

Les projets d’automatisation des tâches ne manquent pas. Cette étude constate que plus de la moitié des processus métier reste à automatiser dans un tiers% des entreprises. 

Cette part devrait chuter à 14 % d’ici deux ans, prouvant ainsi que les organisations se montrent de plus en plus volontaires à l’intégration de cette technologie. Selon les déclarations informatiques, la Finance et les Ressources humaines sont les départements ayant encore le plus de potentiel en matière d’automatisation des processus métier.

Source : uipath.com/fr

AUCUN COMMENTAIRE