Les machines seront connectées entre elles, ainsi qu'à l'Internet des Objets (IoT), dans un flux de valeur numérisé.

Vitrine de l’usine du futur, l’évènement SPS IPC Drives qui vient de se tenir a démontré la place centrale qu’occupera l’IoT dans l’Industrie 4.0. Sur les lignes de fabrication, au-delà des stations déjà interconnectées, différentes variantes de capteurs IoT prennent place pour collecter et analyser de manière rentable des données telles que la température, l'accélération et le magnétisme. Ainsi, dans un futur proche, c’est l’intégralité de la ligne qui sera connectée…

De nouvelles solutions IoT

De nombreux éditeurs et fabricants du domaines industriel proposent déjà des solutions qui permettent cette approche. Ainsi sur SPS IPC Drive a-t-on pu voir :

  • Une solution système complète pour collecter, transmettre et analyser rapidement des données, avec des capteurs, un rack IoT pour centraliser les interconnexions, un passerelle pour l’informatique de l’entreprise, et des tableaux de bords.
  • Des applications pour accélérer le service, simplifier le diagnostic des erreurs et garantir une assistance rapide lorsqu'un service est nécessaire. Des solutions logicielles et des services intelligents pour la production et la logistique, simplifier les tâches quotidiennes et optimiser les processus, conçus pour aider à connecter l'ensemble de leur flux de valeur.
  • Des systèmes de contrôle de mouvement, avec par exemple un seul matériel intégré à partir duquel les utilisateurs peuvent automatiser des concepts pour lesquels ils ont besoin aujourd’hui de plusieurs contrôleurs. Comme un nouveau contrôleur intégré qui peut désormais contrôler jusqu'à 192 axes !
  • Des logiciels systèmes pour automates (PLC) qui en simplifiant la connexion aux systèmes IoT de niveau supérieur facilitent l'intégration des machines dans l'IoT.

Développement et IA

D’autres axes vont aider les industries à rejoindre le mouvement de l’usine du futur :

  • Une nouvelle fonction technologique, par exemple, Sequential Motion Control, basée sur un variateur, permet aux utilisateurs de réduire les efforts de programmation et de mise en service jusqu'à 90% par rapport à la programmation par automate classique.
  • Des équipements de dernière génération sont désormais bardés de capteurs et connectés. Comme des servomoteurs synchrones, dotés d’axes d'entraînement à courroie dentée, et pilotés par l’IoT, qui permettent d’atteindre des performances, une vitesse et une dynamique qui n'étaient auparavant réalisables qu'avec des axes de moteur linéaires.

Enfin l'IA (Intelligence Artificielle) gagne du terrain.

  • Un jeu de baby-foot a été équipé d'une technologie de commande et d'entraînement industrielle qui utilise l'IA pour apprendre à répondre avec souplesse. Afin d'accélérer le processus d'apprentissage, le système est associé de manière virtuelle à un logiciel. L'expérience et les connaissances acquises grâce à ce projet sont directement utilisées pour développer la prochaine génération de solutions d'automatisation.

Au-delà : flexibilité maximale

Dans l'usine du futur, le transport des pièces dans les cellules de fabrication ne sera plus effectué de manière rigide et linéaire via des convoyeurs ou des robots, mais librement dans l'espace.

  • Une étude conceptuelle sur des porte-pièces à guidage magnétique avec six degrés de liberté a montré qu’ils peuvent approcher n’importe quelle position indépendamment les uns des autres...

Image d’entête 1064682768 @ iStock Photo Oleksii Spesyvtsev

AUCUN COMMENTAIRE