Un récent sondage mené par IDC auprès d’organisations mondiales, qui utilisent déjà des solutions d’intelligence artificielle, a révélé que 25 % d’entre elles connaissent des échecs sur 50 % de leurs projets. En cause, le manque de personnel qualifié et des attentes irréalistes.

Le rapport de l’IDC, Artificial Intelligence Global Adoption Trends & Strategies, résume les résultats d’une enquête mondiale menée, en mai 2019, auprès de 2 473 organisations qui utilisent des solutions d’intelligence artificielle dans leurs opérations, soit en les développant en interne, soit en intégrant des produits « off-the-shelf », ou une combinaison des deux.

Alors que la moitié des organisations interrogées considèrent l’IA comme une priorité et que les deux tiers mettent l’accent sur une culture « IA d’abord », le taux de progression de l’IA dans les entreprises reste assez bas, au regard du battage qui est fait autour de cette technologie de rupture. Certes le processus d’intégration de l’IA est complexe, souligne le rapport dont les principales constatations ont trait à la stratégie, à la culture et aux défis de ces organisations en matière d’intelligence artificielle qui les ont empêchés de mettre en œuvre l’intelligence artificielle, aux processus opérationnels axés sur les solutions d’intelligence artificielle, aux initiatives de préparation des données d’intelligence artificielle, aux tendances de déploiement de la production, à la formation et à la croissance prévue dans les 12-24 mois qui viennent.

Une stratégie affirmée et un personnel qualifié sont des gages de réussite

Certes, « les organisations qui adoptent l’intelligence artificielle seront plus enclines à s’engager auprès de leurs clients et auront des taux d’innovation accélérés, une plus grande compétitivité, des marges plus élevées et des employés productifs, souligne Ritu Jyoti, vice-président de programme, Stratégies d’intelligence artificielle ». Néanmoins il ne suffit pas de le vouloir, précise le rapport, car « les organisations du monde entier doivent évaluer leur vision et transformer leur personnel, leurs processus, leur technologie et leur préparation aux données afin de libérer la puissance de l’intelligence artificielle et de prospérer à l’ère numérique ».

Le rapport constate que beaucoup de projets sont mû par des objectifs, mais sans une stratégie bien définie et un personnel qualifié l’échec peut être au bout du chemin. Ainsi, « la plupart des organisations ont fait état de certains échecs parmi leurs projets d’IA, le quart d’entre eux ayant un taux d’échec allant jusqu’à 50 %. Le manque de personnel qualifié et des attentes irréalistes ont été identifiés comme les principales causes de ces échecs ».

Le coût des solutions d’IA, le manque de personnel qualifié et le biais dans les données ont été identifiés comme étant les principaux facteurs qui freinent l’implantation de la technologie d’IA dans ces organisations.

Source : IDC

AUCUN COMMENTAIRE