Avec un marché de 70 milliards de dollars d'ici 2020, l'intelligence artificielle est en passe d'avoir un effet transformateur sur les marchés, les entreprises et les gouvernements du monde entier. D’après une étude de PricewaterhouseCoopers, les craintes sont infondées et l’acceptation de l’IA se fera plus rapidement que prophétisé.

Les chiffres s’entrechoquent et chacun y va de ses milliards plus ou moins sur ou sous-estimés, mais au vu de la ruée actuelle, l’IA est la véritable tendance de fond des années à venir. Bien qu'il y aura certainement des obstacles à surmonter, l’IA peut contribuer à des percées médicales, démocratiser des services coûteux, améliorer le service à la clientèle et même libérer les effectifs surchargés, avec comme corolaire la crainte de la perte d’emploi.

C’est dire si, hormis le succès de l’IA sur les marchés, il peut être délicat de lancer des prédictions pour les dix prochaines années. L'IA est remarquablement complexe et progresse beaucoup plus rapidement qu’on ne l’aurait imaginé il y a tout juste quelques années. « Il est impossible pour quiconque aujourd'hui de donner une vision précise de la façon dont les dix prochaines années vont se dérouler, prévient PwC. Cela ne veut pas dire qu'il est impossible de faire des prédictions générales sur l'impact de l'IA au cours des prochaines années et décennies ».

L'IA va impacter les employeurs avant d'avoir des effets sur l'emploi

Tout le monde a vu les gros titres annonçant péremptoirement que les robots et l'IA détruiront des emplois. Mais dans son rapport PwC ne voit pas les choses de cette façon. Le tableau est bien plus complexe car l’IA va encourager une évolution graduelle du marché du travail qui, « avec une bonne préparation sera positive », prédit PwC. De nouveaux emplois viendront compenser ceux qui ont été perdus. Les gens continueront à travailler, mais ils travailleront plus efficacement avec l'aide de l'IA.

La plupart des gens ont entendu dire que l'IA a battu le plus grand maître des échecs. « Mais tout le monde ne sait pas qui peut battre un maître d'échecs IA : un « centaure », ou humain et IA jouant aux échecs en équipe. L'être humain reçoit des conseils de l'IA, mais il est également libre de passer outre, et c'est le processus établi entre les deux qui est la véritable clé du succès ». Cette combinaison sans précédent deviendra la nouvelle norme de la main-d'œuvre de demain.

Avec l'intelligence artificielle, comme avec beaucoup d'autres technologies numériques, les organisations et les établissements d'enseignement devront moins penser aux titres qu'aux tâches, aux compétences et à la mentalité. Cela signifie qu'il faut adopter de nouvelles méthodes de travail.

L'acceptation de l'IA peut se produire rapidement

« Les signes sont de plus en plus nombreux cette année indiquant que le grand malaise des pertes d’emplois liés à l'IA sera une fausse alerte, prévient PwC. Il est probable que le public et les employés accepteront plus facilement l'IA sur le lieu de travail et dans la société. Il se peut que nous entendions moins parler de robots qui nous prennent notre travail que de robots qui rendent notre travail (et notre vie) plus facile. Cela pourrait mener à une adoption plus rapide de l'IA », que ce à quoi s'attendent les cassandres des temps modernes.

« Le processus sera long, mais certaines organisations avant-gardistes sont déjà en train de briser les silos qui séparent les données en blocs et les employés en unités isolées. Certains commenceront également à développer massivement les compétences requises par l'intelligence artificielle et d'autres technologies numériques. Cette amélioration des compétences n'enseignera pas seulement de nouvelles compétences, elle nécessitera un nouvel état d'esprit qui met l'accent sur la collaboration avec les collègues de travail et… avec l'IA ».

Source : PwC

AUCUN COMMENTAIRE