Selon une étude, de nombreuses entreprises semblent s’efforcer de trouver le bon équilibre en matière de leadership pour les projets d’IA.

PWC a interrogé plus de 1 000 chefs d’entreprise à propos de la mise en œuvre et la gouvernance de l’IA. Résultat, les DSI s’impliquent directement dans l’adoption des technologies numériques. Mais lorsqu’il s’agit d’intelligence artificielle, ils ne sont pas toujours en première ligne.

Et ce n’est pas plus mal selon PricewaterhouseCoopers. Principale raison : les initiatives d’IA dirigées par les DSI échouent souvent à s’imposer au sein de l’entreprise. Elles se concentrent trop sur les capacités informatiques et pas assez sur les besoins ou les résultats commerciaux de l’entreprise selon le cabinet qui a publié un rapport cette semaine.

De la même manière, les idées pour les applications d’intelligence artificielle provenant uniquement du côté commercial d’une entreprise risquent de sous-utiliser les capacités informatiques, limitant ainsi la portée et l’impact d’un déploiement, indique le rapport.

L’intelligence artificielle n’en étant encore qu’aux premiers stades de son développement, de nombreuses entreprises semblent s’efforcer de trouver le bon équilibre en matière de leadership.

info PWC DSI IA (1)

25

Pourcentage de présidents d’entreprise et autres dirigeants de grandes entreprises américaines interrogés par PwC ayant déclaré qu’ils avaient délégué la responsabilité de la supervision des projets d’IA à des gestionnaires d’unités commerciales individuelles ou à des fournisseurs externes.

15

Pourcentage des professionnels interrogés ayant nommé un seul responsable de l’IA à l’échelle de l’entreprise, mais pas nécessairement le CIO.

3

Part des dirigeants ne sachant pas qui était responsable de l’IA.

Enfin, aucun sondé n’a identifié un seul dirigeant d’entreprise comme « propriétaire » de l’IA dans son entreprise, et encore moins comme CIO.

Les dirigeants provenaient de divers secteurs d’activité, dont la plupart affichent un chiffre d’affaires annuel de plus d’un milliard de dollars.

« Certaines entreprises ont investi dans la création de groupes d’analyse ou d’automatisation qui servent de base à des centres d’excellence en intelligence artificielle pour l’ensemble de leur organisation et qui incluent le DSI, ou Chief Digital Officer, au sein de ce groupe de direction », a déclaré Scott Likens, qui dirige le segment américain des nouveaux services et technologies émergentes chez PwC, à CIO Journal.

D’autres entreprises, ajoute-t-il, adoptent une « approche décentralisée » de l’IA avec des groupes et des équipes intégrés dans des secteurs d’activité distincts.

M. Likens a déclaré que la clé de la réussite des projets d’IA réside dans l’accès aux bonnes données qui peuvent être intégrées aux processus opérationnels existants.

Parmi les responsables interrogés par PwC, 27 % ont déclaré que leur entreprise avait mis en œuvre l’intelligence artificielle dans plusieurs domaines d’activité, tandis que 20 % ont déclaré qu’elle s’employait à la déployer dans toute l’entreprise.

16 % étaient en train de mettre en œuvre des projets pilotes dans des secteurs distincts de l’entreprise et 22 % en étaient au tout début de l’étude de l’IA.

« Les entreprises arrivent à l’IA de différents points de vue, en fonction de leur dynamisme, de leurs ressources et, plus important encore, de l’accès à des données utiles », a déclaré M. Likens.

L’endroit où les entreprises commencent avec des efforts d’IA n’a pas d’importance, ajoute-t-il : « Ce qui compte, c’est de savoir comment mobiliser toutes vos ressources autour de l’intelligence artificielle, de l’automatisation et de l’analyse pour renforcer les capacités », en citant la gouvernance des données, les modèles d’intelligence artificielle réutilisables et les ensembles de données de formation, les plateformes collaboratives qui peuvent évoluer.

En raison de sa portée dans tous les aspects d’une entreprise, l’intelligence artificielle nécessite la supervision d’équipes possédant une expertise en IT, des compétences techniques spécialisées et des stratégies et opérations commerciales à l’échelle de l’organisation, selon le rapport.

S’exprimant cette semaine lors d’un événement de l’industrie de l’IA à New York, Cathy Bessant, directrice des opérations et de la technologie de Bank of America Corp, a déclaré que les décisions de l’entreprise concernant l’IA doivent être prises par des personnes « qui comprennent les clients, les affaires, les environnements réglementaires, l’éthique commerciale et comment la technologie peut et doit fonctionner ».

Les experts chargés de créer des systèmes d’intelligence artificielle, a-t-elle ajouté, ne doivent jamais perdre de vue l’impact que les algorithmes peuvent avoir sur les personnes.

Environ 24 % des entreprises interrogées par PwC ont déclaré que leurs efforts en matière d’intelligence artificielle à l’échelle de l’entreprise étaient dirigés par un « centre d’excellence d’intelligence artificielle » spécialement conçu à cet effet, réunissant des responsables d’entreprise possédant ces compétences et d’autres.

« Appelez ça comme vous voulez, assurez-vous simplement que c’est une approche à l’échelle de l’entreprise dirigée par tous les secteurs de votre entreprise », a déclaré M. Likens.

Source : Wall Street journal

AUCUN COMMENTAIRE