Une étude américaine de Pew Center a révélé que si nous sommes majoritairement favorables aux véhicules autonomes, notre attitude quant à leur adoption demeure aujourd’hui prudente et varie selon le genre et l'habitation.

65% des Américains estiment que la majorité des voitures seront des véhicules autonomes… d’ici 50 ans ! Ces chiffres sont emblématiques de l’accueil prudent réservé à ces véhicules, et l’étude de Pew Center montre plutôt une certaine réserve, voire des opinions conflictuelles quant à l’émergence de ces technologies.

Ainsi, ce n’est pas l’enthousiasme qui domine, mais plutôt une inquiétude de la part de 53% des Américains interrogés. 39% seulement se montrent un peu ou totalement enthousiastes. Et 56% d’entre eux ont clairement indiqué qu’ils n’utiliseront pas de véhicule autonome !

Le pilotage des véhicules autonomes en ordre dispersé

L’étude a également révélé de nombreux différenciants dans les réponses, en particulier selon le genre des individus :

  • 51% des hommes indiquent qu’ils ‘conduiront’ un véhicule autonome ;
  • 35% seulement des femmes.

Selon l’âge également, mais là c’est moins une surprise :

  • 51% des 18-49 ans déclarent qu’ils ‘piloteront’ un véhicule autonome ;
  • 35% des 50 ans et plus.

Ainsi, que selon la localisation de leur habitat :

  • 52% des résidents dans les grandes agglomérations y sont favorables ;
  • 40% dans les villes moyennes à petites ;
  • 39% dans les zones rurales.

A la recherche d’une expérience plus qu’un réel engagement

Au final, 44% des Américains interrogés se sont déclarés prêts à monter dans un véhicule autonome. Pour quelles raisons ?

  • 37% - pour essayer, simplement pour l’expérience ;
  • 17% - parce qu’ils ont le sentiment que l’auto-conduite serait plus sûre ;
  • 15% - pour la possibilité de faire autre chose en conduisant ;
  • 13% - pour réduire le stress lié à la conduite.

Quelques déceptions dans ces réponses, surtout du côté des bénéfices attendus par la société qui sont peu évoqués. En particulier, 28% seulement des personnes interrogées ont évoqué la réduction de la congestion du trafic dans les grandes villes. C’est pourtant, avec les parkings, l’un des principaux axes de développement de la Smart City. Avec, par exemple, le développement de services de taxis autonomes qui pourraient singulièrement réduire le nombre des accidents automobiles dans les villes…

Des attentes spécifiques

Notons enfin que la majorité des répondants ont indiqué adhérer à plusieurs politiques qui pourraient restreindre l'usage des voitures auto-conduites de différentes manières :

  • 87% adhèrent fortement à la présence d’un passager dans le siège du conducteur qui à tout moment pourrait prendre le contrôle.
  • 83% se disent favorables aux voies de circulation dédiées aux véhicules autonomes (Ah, ces autoroutes américaines…).
  • 69% sont favorables à la restriction des voitures auto-conduites dans certaines zones, comme à proximité des écoles.

Image d’entête 641789210 @ iStock Jesussanz

AUCUN COMMENTAIRE