Débat - Le Cercle européen de la sécurité

Le prochain dîner-débat du Cercle européen de la sécurité et des systèmes d'information se tiendra ce jeudi 14 avril, en présence d'IT Social, et avec en toile de fond les données personnelles et le nouveau rôle du DPO (Data Protection Officer).

Rappel des grandes lignes du règlement, de la manière dont les entreprises doivent se réorganiser et du rôle du RSSI dans ce nouveau contexte, le prochain débat du Cercle de la sécurité introduira le DPO (Data Protection Officer) et s'interrogera sur son rôle et sa relation avec le RSSI. Comment DPO et RSSI vont-ils travailler ensemble pour faire respecter la législation tout en assurant la sécurité et l’intégrité des données de l’entreprise ? La question sera posée.

Ce nouveau débat intervient au moment où les entreprises s'interrogent sur le Règlement européen sur la protection des données personnelles qui entrera en vigueur d’ici 2018. Quelles seront les conséquences, forcément importantes, tant sur le plan organisationnel que technique, pour les entreprises qui devront notamment se doter d’un DPO et pourront se voir infliger des amendes colossales si elles ne respectent pas la loi, jusqu’à 4% de leur chiffre d’affaires ?

Le débat portera également sur la classification des données, la gouvernance, la supervision… autant d’éléments qui devront faire l’objet d’une attention particulière pour être conformes à la nouvelle législation.

Animé par notre consœur Florence PUYBAREAU, le débat réunira Paul-Olivier GIBERT, Président de l'Association Française des Correspondants à la Protection des Données Personnelles ; Matthieu GRALL, Chef du service de l'expertise technologique de la CNIL ; Didier HENIN, RSSI de BUT ; Garance MATHIAS, Avocate ; et Stéphane OMNES, DPO de Adéo Services.

IT Social ne pouvait manquer cette soirée. Fidèles à notre démarche, nous vous invitons à nous rejoindre studio mobile afin de nous exposer votre vision dans de courtes vidéos.

Pour plus d'information, merci de visiter le site du Cercle (cliquer ici).

AUCUN COMMENTAIRE