L’étude annuelle de DataCore sur l’état du marché du stockage révèle que la disponibilité du stockage et la compatibilité universelle demeurent des préoccupations majeures des professionnels de l’informatique. Il n’est donc pas surprenant que le SDS intéresse de plus en plus d’entreprises.

Toujours opérationnel : c’est l’objectif prioritaire des organisations. C’est objectif majeur est confirmé par la 7ème étude de marché nommée « L’état du stockage SDS, hyperconvergé et Cloud » de DataCore.

Reposant sur les témoignages de 400 professionnels de l’informatique, elle énumère leurs trois principales préoccupations en matière de stockage :

A

Pour l’instant, la sauvegarde, l’archivage et la reprise après sinistre restent les trois principaux cas d’utilisation pour les déploiements sur un cloud public et hybride. Mais la confidentialité des données et les réglementations (RGPD notamment) sont toujours des freins aux migrations.

Stockage scale-out

Pour répondre au besoin de disposer d’une architecture de stockage scale-out, de plus en plus d’entreprises se tournent vers le stockage SDS (Software-Defined-Storage). Résultat, 56 % des personnes interrogées envisagent fortement d’adopter le stockage SDS dans les 12 prochains mois

Cette solution regroupe en réalité cinq catégories :

  • Les baies de stockage « logicielles » ou virtuelles ;
  • Les solutions de stockage distribué SAN ou NAS ;
  • Les outils de virtualisation de stockage ;
  • Les systèmes de stockage hyperconvergés ;
  • Le stockage d’objets (ou « object storage »).

Confrontées à différentes solutions de stockage, les entreprises optent plus pour le SDS qui apparait comme une solution agnostique. Elle permet notamment l’utilisation d’un matériel de stockage basé sur X86. Il est également plus facile d’apporter rapidement des modifications aux configurations SDS que sur un stockage fonctionnant sur du matériel dédié.

Le stockage SDS facilite aussi l’automatisation (réduction des coûts, moins de migrations et moins d’administration de provisioning).

B

Si la moitié des personnes interrogées indiquent retenir le stockage hyperconvergé pour améliorer les performances du stockage, elles ne sont que 47 % à le citer pour simplifier la gestion des différentes solutions.

C’est justement l’incompatibilité du stockage hyperconvergé avec les systèmes existants (création de silos) qui limite son déploiement.

C

Concernant les technologies émergentes, les entreprises explorent les containeurs, mais leur adoption est lente à cause du manque d’outils de gestion et de stockage des données.

D

Source : datacore.com

AUCUN COMMENTAIRE