Réseau Analyse en deux volets signée Capgemini avec d’un côté les industriels, de l’autre les opérateurs, artisans de la 5G. Une étude qui fait le point sur les demandes et les attentes des industriels tout en dressant un état de l’art du réel potentiel de la 5G.

Pour cette étude d’envergure mondiale, Capgemini a interviewé 800 chefs d’entreprises issus du secteur industriel et 150 opérateurs télécoms. Mais avant d’analyser les attentes des uns et les futurs services des autres, le rapport fait un point sur la 5G. Pour télécharger le rapport complet, cliquez ici.

Plus rapide, plus fiable et avec une qualité de service

La 5G est souvent perçue comme la Panacée car elle pourrait résoudre de nombreux problèmes tel celui de la croissance exponentielle des données échangées ou la déferlante des IoT (Internet of Things). D’après Capgemini, côté radio, les dernières avancées devraient permettre une nette amélioration du haut débit mobile (100 fois supérieur à ce que peut offrir la 4G) et une diminution du temps de latence (selon un facteur 10). Outre une meilleure fiabilité du signal, la 5G pourra également prendre en charge plusieurs millions d’appareils par km2. Ajoutons à cela que la nouvelle architecture sera facilement ouverte au travers d’APIs, que la gestion du réseau deviendra encore plus automatisée et que « l’intelligence » sera plus distribuée. Avec ces avancées technologiques et radio, la 5G devrait garantir une meilleure qualité de service, notamment grâce au network slicing (partitionnement du réseau en sous-réseaux virtuels). Autant d’améliorations qui entraîneront  des économies de coûts d’exploitation et une plus grande facilité de mise en oeuvre de nouveaux services. Comparativement à la 4G (LTE-A) et au Wifi dernière génération (rebaptisé WI-FI 6/802.11ax), les capacités de la 5G sont largement supérieures.

image001

Les Industries Riches, futures pionnières de la 5G

Pour 72% des industriels interrogés, selon l’étude, la 5G est la seconde technologie indispensable pour opérer leur transformation numérique et ce, après le Cloud Computing lui-même.

image003

Et 65% d’entre elles ont d’ores et déjà projeté de la mettre en oeuvre sur les deux ans qui suivront son déploiement. Parmi elles, 74% des sociétés ayant un chiffre d’affaires supérieur aux 10 milliards de dollars, ont l’intention de le faire sur les deux ans qui suivent sa disponibilité contre seulement 57% pour celles avec des revenus entre 500 millions et un milliard de dollars.

image005

La 5G, pour 55% des personnes interrogées, est très attendue par les industriels pour sa sécurité renforcée des opérations Et ils sont 53% qui affirment l’adopter pour son efficacité opérationnelle et la réduction des coûts qu’elle engendrera. 75% se déclarent prêts à payer plus cher pour des services améliorés (débit plus rapide, capacité accrue).

Une réalité différente pour les opérateurs

Pour les opérateurs télécoms, la 5G est plus une évolution qu’une révolution que ce soit en termes de couverture ou de fonctionnalités techniques explique le rapport de Capgemini. La 5G exploitera plusieurs bandes de fréquences, notamment le 3,5 GHz (débits largement plus rapides qu’en 4G) mais les procédures d’attribution ne sont pas encore faites. Capgemini ajoute que les fréquences plus élevées (ondes millimétriques) décupleront vitesse et capacité du signal mais avec un périmètre de cellule plus faible et donc des liaisons quasi-optiques entre l’antenne relais et le terminal. Autant de contraintes techniques qui limiteront l’utilisation à des usages spécifiques. Et là encore pas de calendrier d’attribution de défini.

Certaines entreprises, face aux opérateurs qui tardent à développer leurs offres, envisagent de devenir leur propre opérateur et de soumettre une candidature pour une licence privée. Pour d’autres, la 5G constitue un atout stratégique, entre autres, pour la production, les performances ou l’innovation. Dans ce contexte, il est donc important pour elles de contrôler le réseau afin de le configurer en fonction de leur propre politique de sécurité, de disponibilité et de qualité de service. Par exemple, il est possible d’associer à un réseau 5G ses propres cartes eSim, carte SIM programmable à distance. Mais en Europe, la France ne fait pas partie de la liste des pays qui autorisent les licences privées.

image007

Rapprocher volonté des opérateurs et besoins industriels

Pour Capgemini, le rôle des opérateurs est avant tout d’évangéliser les industriels, les informer sur les bénéfices de la 5G, ses fonctionnalités techniques, son calendrier de déploiement, les solutions intermédiaires disponibles dites « d’attente » et les coûts de déploiement sur des réseaux public et privé.

Afin de profiter pleinement de la 5G, les analystes suggèrent également aux opérateurs d’accompagner les industriels dans la définition de leur feuille de route pour déployer un réseau 5G en tenant compte de l’existant et en évaluant les futurs besoins qui pourraient être générés par l’innovation et la compétitivité d’une industrie.

Selon l’étude, un certain pourcentage d’industriels se plaignent du fait que les réseaux correspondent rarement à certaines de leurs contraintes métier, reste donc aux opérateurs d’anticiper en développant les services adéquats pour convenir aux besoins. De même, la transformation numérique est primordiale pour les industries et une ouverture des services via des APIs pourrait grandement leur faciliter leur migration. Pour télécharger le rapport complet, cliquez ici.

image009

AUCUN COMMENTAIRE