Le rachat de Red Hat par IBM, fin 2018, devient effectif avec la transformation du portefeuille logiciel d’IBM en des stacks Cloud Native reposant sur le socle open source Red Hat OpenShift. Tour d’horizon des IBM Cloud Paks, solutions pré-intégrées pour développer et déployer rapidement des applications critiques  ou les migrer sur des Clouds privés comme publics puis de les maintenir.

Quel intérêt pour IBM d’absorber Red Hat si les deux entités poursuivaient leur évolution de façon séparée avec des stratégies et des équipes commerciales différentes ? Ce mariage, finalisé en juillet dernier, devient effectif aujourd’hui  avec le lancement d’un portefeuille IBM  de logiciels Cloud Native associé à de nouveaux services dans le Cloud, l’ensemble étant basé sur le socle open source Red Hat OpenShift.

La base du Cloud public d’IBM se colore en rouge avec OpenShift. Un nouveau service OpenShift qui se déploie en un clic sur le Cloud public IBM et auquel sont associées des fonctions automatisées de résilience, conformité des données et sécurité. Naturellement les équipes de consultants du Grand Bleu ont tous également adopté la couleur rouge et proposent désormais une transition numérique vers un Cloud  basé sur Red Hat.

Du pré-intégré sous forme de Pak

Aujourd’hui près de 20% des applications sont d’ores et déjà dans le Cloud public, des applications de types frontal, mobile ou web ... La plupart du temps ce sont des outils d’engagement destinés aux clients des entreprises. Pour que la transformation numérique s’opère de bout en bout, il était également nécessaire de pouvoir développer ou migrer des applications critiques d’entreprise. Agnieska Bruyère, VP Cloud et Cognitive chez IBM France, rappelle que « l’intérêt du Cloud est de pouvoir développer ou redécouper des applications sous forme de micro-services. Ainsi il sera possible de modifier des services ou d’en rajouter de nouveau sans toucher à toute l’application. D’ici à 2025, la majorité des workloads devraient être conteneurisés, Kubernetes étant l’un des favoris aujourd’hui pour orchestrer cet ensemble. C’est là que l’acquisition de Red Hat prend son sens. »

Les Cloud Paks sont un ensemble de logiciels certifiés IBM qui s’exécutent facilement en mode container dans OpenShift. Créés une seule fois, le déploiement peut être réalisé n’importe où en local comme sur n’importe quel Cloud (AWS, Azure, Google, Alibaba ...). « Le deuxième avantage  est leur rapidité d’installation et de déplacement de solutions de composants conteneurisés. Ils profitent des services liés aux containers comme le logging, la sécurité, le support, la mise à jour ...  » complète Agnieska Bruyère.  Aujourd’hui les 5 paks qui sont lancés, sont constitués d’un ensemble de logiciels IBM pré-intégrés. Ils auront un modèle d’exploitation commun pour tous les composants des applications avec l’ensemble des services associés (la gestion des identités, la sécurité opérationnelle, l’enregistrement et la supervision.  des journaux). L’idée derrière ces assemblages pré-préparés est d’obtenir une meilleure visibilité et donc un meilleur contrôle à travers les différents Clouds via une console unique.

Cloud Pak for Applications

Il permet la transformation des applications comme de les développer pour ensuite les déployer et les maintenir. Les entreprises peuvent choisir le middleware qu’elles désirent.

Cloud Pak for Integration

Comme son nom l’indique, il comporte des outils d’intégration d’applications, de données, de services Cloud et également de l ‘API Management. Il aide à sécuriser la connexion et assurer que le flux des données passe avec les bonnes performances. Il est censé faciliter l’intégration en économisant près de 33% des coûts habituellement observés selon les dires des officiels d’IBM.

Cloud Pak for Automation

Ce socle pour un usage métier est censé aider à transformer les processus métier (telle la création d’un compte bancaire par exemple), les décisions et le contenu en les automatisant.

Cloud Pak for Multicloud Management

Un outil de gestion multi-Clouds qui donne une vision globale et une gouvernance sur plusieurs Clouds avec de l’automatisation à la clé.

Cloud Pak for Data

Grâce à une automatisation, il simplifie la gestion des données et facilite l’acquisition de nombre d’informations. C’est un ensemble modulaire composé de nombreuses fonctions telle que le Warehouse, la virtualisation (connexion aux données), outils de sécurisation des données ... A noter son ouverture afin d’y greffer de nouvelles fonctions notamment d’Intelligence Artificielle et de Machine Learning.

De nouveaux Cloud Paks verront le jour dont un dédié à la Sécurité, un Watson IoT et un autre sur la Blockchain. Le système de facturation n’est pas encore totalement défini, il faudra encore attendre trois mois avant que le nouveau modèle ne voie le jour.

AUCUN COMMENTAIRE