Une synthèse Mitel/Foliateam donne un aperçu de la pénétration du Cloud au sein des DSI. Etat de l’art. Une situation qui n’est pas sans impact dans le mode de fonctionnement des entreprises. Les APIs pour opérer rapidement une mutation, exemple avec Didier Lambert, Mitel France.

La transformation numérique est toujours un sujet d’actualité car le niveau de maturité reste variable au sein des entreprises. Il est d’ailleurs à noter que le niveau d’acceptation d’une société est totalement indépendant de sa taille. Il serait même plus facile pour une nouvelle structure en mode startup ou pour une TPE/PME de passer le cap par rapport à une entreprise de plus grande envergure. Même si cette dernière en a les moyens car il ne faut pas oublier que le passage au numérique Cloudifié qui apporte souplesse de fonctionnement et opportunités de business ne pourra se faire sans une modification du mode de fonctionnement lui-même de l’entreprise.

Des réticences et des réponses

Et tout cela sans parler des freins naturels souvent mentionnés par les sociétés encore récalcitrantes : quid de la sécurité ? Quid de la fuite des données ? ...  Autant de problématiques qui trouvent cependant aujourd’hui des réponses car souvent la sécurité en mode Cloud privé se retrouvera être supérieure à ce qu’une entreprise pourrait s’offrir seule en mode on premise. Et en ce qui concerne la fuite des données, de nombreux acteurs de ce secteur proposent aujourd’hui une multitude d’offres de sécurité à tous les niveaux (données, utilisateur, machine, réseau, Edge ...). Encore faut-il pouvoir savoir discerner lesquelles sont nécessaires et conviennent le mieux à son Système d’Information désormais éclaté. Viennent s’ajouter à cela les solutions de sécurité déjà mises en oeuvre par le ou les fournisseurs de services SaaS, PaaS ou IaaS auxquels aura souscrits la société.

Le nuage est concret

Le Numérique au sein des entreprises devient donc une réalité comme le montre les derniers chiffres du marché. Ainsi ce ne sont pas moins de 50% des entreprises qui développent déjà 60% ou plus de leurs applications dans le Cloud selon l’étude 2018 de la Cloud Foundry Foundation. Alors que pour le « Cloud Computing Survey 2018 » d’IDG, 73% des entreprises ont au moins une application ou une partie de leur Système d’Information dans le Cloud. Et si l’on considère le budget alloué au Cloud, cela représente en moyenne 30% des budgets informatiques selon cette même source.

Unanimité pour le Cloud Hybride

Et plus précisément au sein du Cloud, c’est le Cloud Hybride qui est à l’honneur. Mixer les Clouds privé et public est essentiel pour les entreprises selon « l’Enterprise Cloud Index 2018 » de Nutanix, car ils ne sont pas moins de 91% des décideurs IT à avoir répondu dans cette étude que le Cloud hybride est la réponse idéale à leur besoin.

Et plus précisément, le cabinet d’analyses du Gartner projette qu’environ 75% des entreprises qui opteront pour des solutions Cloud en mode PaaS ou IaaS, viseront des fonctionnalités multi-Cloud alors qu’elles sont d’ores et déjà 52% à avoir opté pour le multi-Cloud selon l’étude d’IDG.

S’adapter pour survivre

Un passage au numérique qui n’est pas sans impact et notamment sur la façon de travailler au sein de l’entreprise. Car le modèle traditionnel avec ses outils de communication Entreprise habituels (messagerie, messagerie instantanée, vidéo-Conferencing, gestions de contacts, CRM ...) n’est plus adapté dans un système désormais éclaté et multi-Clouds. Et il est peu envisageable de faire cohabiter différents modes de fonctionnement cela empêcherait toute synergie au sein d’une entreprise. Comme il est totalement impensable de tout simplement basculer d’un monde à l’autre. La mutation est donc la seule solution aujourd’hui pour une entreprise ayant des acquis et désirant profiter de nouvelles opportunités de business grâce aux dernières fonctionnalités apportées par le Cloud.

Les APIs, coeurs de l’intégration

Il existe des solutions pour faire fonctionner un Système d’Information (SI), éclaté et hybride. S’il est basé, à la fois, sur une architecture privée (on premise et/ou dans un Cloud privé) et sur des Clouds publics, l’une des façons d’interagir est de faire communiquer tous ces mondes ensemble. Aujourd’hui l’une des clés de cette problématique est l’API, Application Program Interface. C’est ce morceau de code qui fera communiquer plusieurs applications ou une en particulier avec une base de données ou un web services ... L’API permettra de façon transparente pour une entreprise d’utiliser toutes ses applications au mieux de leurs besoins.

Mitel, concepteur d’APIs

Dans le cadre de la communication entreprise, la question se pose rapidement car le passage dans le Cloud impacte directement la façon de travailler au quotidien des employés. Pour s’adapter à cette extension du SI, il existe différentes manières de procéder et Didier Lambert de Mitel explique pourquoi sa société a fait le choix de la solution API. « Pour Mitel, c’est historique, l’ouverture de nos produits est une nécessité. Depuis des années nos solutions répondent à tous les standards pour garantir une interopérabilité des plateformes de communications. Et avec l’avènement du Cloud, nous avons développé un catalogue de connecteurs. Nous avons d’ailleurs quelques partenariats comme celui avec la société Foliateam, opérateur Cloud. L’idée est de garantir à une entreprise que ce dans quoi elle a investi par le passé n’ira pas à la poubelle. Mais que cela ne l’empêchera en aucun cas de profiter des dernières avancées technologiques. Pour leur apporter cette souplesse, nous avons développé des APIs réunies au sein d’un catalogue. Cela permet aux entreprises d’évoluer dans un Cloud Hybride en partant d’une architecture on premise et/ou d’un Cloud privé en combinant des offres SaaS, PaaS ou IaaS. »

infographie-les-entreprises-et-le-cloud-en-chiffres-foliateam-mitel (1)

AUCUN COMMENTAIRE